La B.A. de Liège ; l’Échevinat du BÊA !

Naguère, à Liège, les matières relatives aux animaux se partageaient entre Bourgmestre et Échevins en fonction de leurs compétences. Depuis le 3 décembre 2018, date d’entrée du nouveau Conseil communal, le Bien-Être Animal – acronyme BÊA – se voit confié à un Échevinat dont Christine Defraigne (MR) est titulaire. Pour elle : Le Bien-Être animal est une valeur fondamentale de notre société qui symbolise le vivre ensemble, le respect et l’harmonie. Aujourd’hui, le Bien-Être animal est une compétence à part entière et mérite que les politiques s’y intéressent et instaurent des mesures visant à lutter contre la maltraitance et la négligence des animaux. Ils ne sont pas des objets, ils sont des êtres vivants dotés de sensibilité.

La création de l’Échevinat du BÊA intervient deux mois – jour pour jour – après l’adoption par le Parlement de la Wallonie du Code du Bien-Être animal (109 articles) qui soumet notamment la détention d’un animal à un permis dont chaque citoyen dispose automatiquement et sans formalité. Ce qui signifie que chacun peut détenir un animal sauf si une décision administrative ou judiciaire le lui interdit via le retrait de ce permis.

La Ville de Liège entend être un laboratoire des mesures qui visent à améliorer le bien-être animal en Wallonie. Elle se veut pionnière dans le développement de cette compétence. L’Échevinat du BÊA peut compter sur le vétérinaire communal, le Docteur Philippe Schutters et une cellule de la police communale composée d’un Inspecteur principal, de deux Inspecteurs et deux suppléants en charge des dossiers relatifs au bien-être animal. Qui peut le mieux porter aide et assistance à un animal victime qu’un vétérinaire, qui peut le mieux constater les infractions au Code du Bien-Être animal et recevoir des plaintes que la police constamment sur le terrain.

Si Liège veut le bien-être animal, en revanche les cas de maltraitance, négligence ou cruauté envers les animaux sont malheureusement nombreux à Liège. Outre les chats ou chiens comme animaux de compagnie, il y une recrudescence des NAC – nouveaux animaux de compagnie – qui ont des besoins spécifiques mal connus des néophytes les accueillant. Ainsi en est-il des  257 reptiles – sur les 11.000 espèces connues – qu’il est permis d’accueillir en qualité de NAC.

L’Échevinat du BÊA entend sensibiliser les enfants à l’importance du bien-être des animaux et ancrer dans leur esprit que tout animal est un être vivant doté de sensibilité qui a des droits, à l’instar de l’être humain. À cet effet, il réalise des petites capsules vidéo éducatives, envoyées aux écoles qui le souhaitent comme support pour un cours plus général.

Notre photo montre la trop petite cage où était enfermé Volt, un faisan. Pour éviter que Volt ne fonce dans les barreaux, son propriétaire avait placé un dispositif électrique sur batterie par-dessus la cage. Aujourd’hui, le calvaire de Volt est terminé grâce à l’action de l’Échevinat du BÊA.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s