Méconnu à Liège, Charles Van den Born est illustre ailleurs notamment à Hong-Kong!

La Biographie nationale consacre deux notices aux frères Van den Boorn, l’un pianiste, compositeur et  musicographe, l’autre Jean, pianiste, compositeur. En revanche, pas la moindre notice sur leur fils et neveu, Charles dont la carrière en mérite bien une . Heureusement, la trilogie de Julien Moës, Des Ailes pour l’Éternité comble cette lacune.

Dans le troisième tome (1), Charles Van den Born – un o s’est évaporé dans les registres de l’état-civil – est au bout de sa carrière de coureur cycliste. Pas plus tard que le 19 septembre 1909, au Grand Prix Robert Protin, disputé à Liège, il a été battu par Gabriel Poulain, son cadet de dix ans.  Fin août, au resto du rapide Bruxelles-Paris, il fait la connaissance de Henry Farman, ancien coureur cycliste, peintre talentueux, reconverti dans l’aviation. Celui-ci l’invite à Mourmelon-le-Grand, au camp de Châlons. Vous prendrez contact avec les très rares premiers aviateurs, vous verrez de près les appareils, vous ferez avec moi un petit vol comme passager ; vous apprécierez ce que c’est. Moins d’une semaine plus tard, Charles Van den Born est à Mourmelon. Il apprécie tellement l’endroit qu’il achète son premier avion, un  Farman III, devient pilote, exécute des acrobaties folles lors de meetings richement dotés tels ceux de Stockel, Rouen, Florence, Bordeaux, etc. Meetings rassemblant des dizaines, voire des centaines de millier de spectateurs parmi lesquels le Roi Albert, le Président Fallières, Victor-Emmanuel III.

Il prodigue quantité de baptêmes de l’air dont le plus mémorable est celui de la comtesse Montretout. En 1910, il est le professeur (on ne disait « moniteur » alors) de la plupart des premiers aviateurs de Farman dont les cinq premiers pilotes de l’armée française. Parmi eux, le lieutenant Albert Féquant qui, le 9 juin 1910, marque les débuts de l’aviation militaire française pionnière. Il forme aussi de nombreux pilotes belges dont le Liégeois Jules de Lamine. La plupart participent à la guerre 14-18 dans la Compagnie des Aviateurs instituée par le Roi Albert le 16 avril 1913. La couverture de l’ouvrage de Julien Moës montre Charles Van den Born, en tenue militaire, en compagnie, en 1915, d’un autre pilote, Victor Boin champion olympique aux Jeux de Londres et de Stockholm.

Après avoir participé en septembre 1910 à la Grande Semaine de l’Aviation à Bordeaux, Charles Van den Born, sur un coup de tête auquel se mêle le hasard embarque à destination de Singapour. Il est accompagné de son épouse et son mécano, Lucien Cotroux ayant dans ses bagages, quatorze caisses contenant un biplan de sa conception –  un Farman Wanda. Démonté, il peut être assemblé rapidement sans réglage supplémentaire, en un laps de temps très court. La traversée est longue et, à bord, l’épouse du Gouverneur Général de l’Indochine le convainc de se rendre à Saïgon à l’issue de l’escale singapourienne. L’accueil par le seul homme habilité à Singapour pour donner l’autorisation de voler a été glacial au point que Van den Born n’a qu’une hâte, gagner Saïgon. Ce 15 décembre 1910, plus de cent mille personnes assistent sur l’hippodrome de Phu Tho au premier vol d’un avion sur le sol asiatique.

1911 est une année de premier vol d’un avion sur le sol du Royaume de Siam (le 30 janvier), sur le sol de la colonie britannique de Hong-Kong (le 18 mars) au-dessus du village de Sha Tin, sur le sol de l’empire chinois (le 10 avril) à Sha Ho. Ce meeting à Canton tourne à l’émeute révolutionnaire, Van den Born – le Diable étranger – incendie la carcasse de son Wanda et revient à Liège via le Transsibérien. Patron de l’aéroport de Liège, il participe, en juin 1911, au Circuit d’Europe qui, en neuf étapes, relie sept villes dont Paris, Londres, Bruxelles.

Incontestablement, Charles van Born fait beaucoup pour inscrire Liège au fronton des villes connues au plan international. Et pas uniquement au début du XXème siècle. Depuis 1998, le hall de l’aéroport international de Hong-Kong – le 8ème au monde – est orné de son avion Wanda, reconstitution à l’identique y compris le moteur. Chacun.e des 72 665 078 passager.e.s apprend que c’est l’avion du Liégeois Charles van Born !

Bien d’autres péripéties jalonnent sa vie que racontent Des Ailes pour l’Éternité. Dans les années 20, il contribue notamment au développement de l’aviation dans les colonies françaises de l’Asie. Puis s’installe comme planteur à Thua Bien, obtient en 1936 la nationalité française, en 1945, sa propriété est incendiée par les Japonais qui l’emprisonnent et  est secouru par Les Vieilles Tiges – association de pionniers de l’aviation – qui l’aiguille vers la Société d’Entraide de la Légion d’Honneur. Il a été reçu Chevalier de cet ordre en 1930 à titre étranger en sa qualité de directeur technique d’une société commerciale de Saïgon. Vingt ans plus tard, il est reçu à titre français, pour la deuxième fois,  au même grade de Chevalier dans cet ordre créé par Napoléon. Une lettre du général Chassin, commandant supérieur des Écoles de l’Air au Grand Chancelier proposant qu’il soit élevé au grade d’Officier de la Légion d’Honneur se heurte à la règle qu’étant Chevalier à titre étranger il ne peut faire l’objet d’une promotion à titre français.

La Ville de Liège n’a point encore dédié une rue ou un boulevard à son enfant de Hocheporte, né dans l’impasse Lacroix devenue, depuis 1945, la rue du Général Modard. Il est permis d’espérer qu’elle le fasse durant la prochaine mandature. Charles van Born l’a bien mérité, homme d’une jeunesse extraordinaire, d’un optimisme indestructible allié à un détachement serein !

(1) Des Ailes pour l’Éternité – Julien Moës, auteur éditeur – 242 pages – 12 € – disponible notamment chez Pax, à Livres aux Trésors, chez l’auteur julien@gmail.com

Etre tête de liste aux communales, une ambition bien ordinaire …

Le 14 juin, lors de la première présentation des candidats PS aux communales de Liège, elle figurait en 38ème position. Elle est un.e des candidat.e.s qui le sont pour la première fois. Une candidature d’ouverture car, comme le dit noss binamé Willy, le bourgmestre actuel, liste ouverte et de renouveau enfin, car un grand parti qui a vocation à exercer le pouvoir doit pouvoir se régénérer au contact de la société civile et du milieu associatif. Elle figure sur la photo du groupe PS sur la Belle Liègeoise à proximité du bourgmestre et de président de la Fédération liègeoise du PS, Jean-Pierre Hupkens. Militante, elle fait les marchés dont La Batte en début juillet.

Le 24 août, après une courte éclipse, elle réapparait, sur facebook, avec une grande fierté, tête de liste à Liège. Une fulgurante progression : passer, en une septantaine de jours, d’une trente-huitième place à la tête de liste, chapeau.

Elle s’en explique : Je suis et je reste fidèle à la femme que je suis. Fidèle à mes valeurs et mes convictions. J’aime aider (très souvent dans l’ombre), me rendre utile, être à l’écoute. Je n’ai pas besoin qu’on mette en avant les nombreux services que j’ai pu rendre pour me valoriser. Voir et rendre les gens heureux, mes proches, mes amis, c’est le moteur de ma vie, ce qui lui donne un sens. Femme de parole, je m’efforce de toujours honorer mes engagements et d’assumer mes responsabilités dans tout ce que j’entreprends. Je ne mens pas. Je ne vole pas. Je ne sais pas faire semblant. Quand je donne ma parole, je m’y tiens.

Comment diable réussir une telle progression en politique ? Simple comme bonjour : changer de parti. Son choix actuel ? Wallonie Insoumise.

Au 59ème Festival spadois, enchanter … au pied levé!

spa alice

Alice Piemme/AML ©

Cette année diverses circonstances nous amènent à ne pouvoir apprécier lors de ce cinquante neuvième festival spadois que quatre spectacles, un pour chacune des deux premières (les 8 et 9 août) et des deux dernières (les 18 et 19 août) soirées.

Pour l’ouverture, quatre possibilités étaient offertes: un grand spectacle tchèque des frères Forman, à la fois cirque et cabaret, une création traduite de l’anglais (« Toutes les choses géniales » de Duncan MacMilan),  un spectacle en partie musical « Juke-Box Opéra » et enfin une production du Théâtre  de la Toison d’Or: « Cherche l’amour » de Myriam Leroy.  La directrice de cet établissement scénique bruxellois  Nathalie Uffner, déclare être « tombée » sur cette autrice journaliste lors de sa quête perpétuelle d’auteurs qui ne sont pas « estampillés Théââââââââââtre ». Nous ignorons quelle estampille attribuer à cette metteuse en scène mais elle devrait d’abord veiller à ce que les comédiens soient constamment audibles, les décrochages s’avérant fréquents partout et insupportables au fond du parterre et au balcon où un couple d’amis relégué par erreur à l’étage partit après 20 minutes car il n’entendait rien de cohérent. Les fâcheux accents imposés aux acteurs aggravèrent la mauvaise audition d’une soirée pénible. À oublier.

Par contre, quel plaisir que la découverte de l’autobiographie sans doute romancée mais très  agréablement musicale que nous a présenté Julie Mossay, soprano de l’arrondissement de Verviers, qui a raconté ses souvenirs au talentueux Paul Pourveur qui en a fait un texte intéressant. On nous annonçait une prestation de la cantatrice basée sur deux piliers : un comédien interlocuteur de tous les moments de sa vie et un pianiste hors pair l’accompagnant sur tous les modes d’expression musicale. Patatras: le comédien Didier de Neck était alité et le pianiste Johan Dupont se trouvait aux côtés de sa femme qui accouchait quelques jours avant la date prévue de leur premier enfant. Allait-on devoir rembourser ? Le directeur du Festival Axel de Booseré réalisateur de ce spectacle avec Maggy Jacot en décida autrement. Il répartit le texte de Paul Pourveur  entre  trois comédiens : Olivier Massart  (très subtil interprète du père de l’artiste), Mireille Bailly et lui-même et le pianiste Fabian Fiorini remplit de manière remarquable  les nombreuses prestations de Johan Dupont. Et la réussite fut superbe; de la friterie paternelle au peu apprécié  Concours Reine Elisabeth. Avec des instants de grâce exceptionnelle comme lors de l’interprétation de l’air de Michaela extrait du Carmen de Bizet (« Je dis que rien m’épouvante…. »).

On débuta par le « J’aime la vie » avec lequel Sandra Kim remporta l’Eurovision à Bergen il y a près d’un tiers de siècle (en 1986). Nous passâmes par les compositions de Michel Berger (Starmania, le Monde est stone…) et par du Franz Lehar avec qui l’opérette vaut bien des opéras et encore et surtout par ceux-ci: la valse de Juliette (« Je veux vivre ») dans l’opéra Roméo et Juliette de Gounod, la Mimi de la Bohème de Puccini, la Tosca de Verdi, la Flûte enchantée de Mozart, ce génie qui engendra la passion de Julie Mossay dont ce spectacle carte de visite démontre un très grand talent aux multiples facettes. Et quelle gageure pleinement réussie que cette représentation assurée au pied levé : un enchantement.

Bravo, bravissimo !

SIMPLE QUESTION

La direction et les collaborateurs de l’estival festival spadois soulignent et tentent d’expliquer l’abandon (que nous déplorons) du mot « théâtre » dans l’intitulé d’une manifestation culturelle qui aura soixante ans en 2019. En voyant partout s’afficher la nouvelle appellation « Royal Festival » nous nous posons une simple question.  Remplacer le titre Festival royal de théâtre de Spa (où l’adjectif royal a été obtenu sans problème après un demi-siècle d’activités) par Royal Festival (où la qualification de l’initiative définit seule celle-ci), change la nature même de cette organisation spadoise. J’imagine les mots « Royal Festival » utilisés au Royaume-Uni, en Suède, en Norvège, au Danemark ou en Espagne, ils donneraient un caractère prestigieux aux spectacles annoncés dans un tel cadre. Chez nous le Palais Royal a-t-il été informé et a-t-il donné son accord avant l’utilisation des mots « Royal Festival » ? Si ce n’était pas le cas, cela signifierait-il qu’il convient de ne pas tenir compte de la monarchie en notre Royaume? … Simple question.

 

Jean-Marie Roberti

 

Les dix ans d’ISoSL.

L’Intercommunale de Soins Spécialisés de Liège (ISoSL) va fêter ses dix d’existence en septembre prochain. Née de la fusion entre deux intercommunales l’IPAL (Intercommunale pour Personnes Agées de Liège et Environs) et le CHP (Centre Hospitalier Psychiatrique de Liège) fondées en 1993, l’ISoSL occupe à sa création 1638 ETP (équivalents temps plein) et met à disposition des patients et résidents 1645 lits spécialisés sur le territoire de l’arrondissement de Liège. En dix ans, l’ISoSL n’a cessé de croître répondant à de nouveaux besoins. Aujourd’hui, elle est passée à 2670 ETP (+63%) et 2570 lits (+56%).

À la qualité des soins et des prises en charge s’ajoute une dimension humaine remarquable, l’esprit ISoSL. Un mélange subtil d’empathie, de gentillesse, de courtoisie et d’autres qualités qui font que chacun.e se sente mieux. C’est un art de vivre.

Point commun, le journal d’entreprise participe également à cet art de vivre. Dans l’éditorial du numéro cinquante, le rédacteur en chef, Michel Vigand définit Point commun comme une sorte de presse micro-locale. Grâce à lui, l’agent d’un tel site n’est pas seul ; il est relié à d’autres, intégré à d’autres. Le journal d’entreprise, par ses articles, donne vie au site où se produit un événement et donne vie à ceux qui font l’actualité du moment en les reconnaissant pleinement comme acteurs de la vie de notre intercommunale. Ils ne sont pas seuls et le journal crée des liens entre les collègues (…). Il brise les barrières qui pourraient s’élever entre les gens qui travaillent sur nos nombreux sites distants parfois de plusieurs dizaines  de kilomètres. (…) je crois que Point commun est un élément essentiel de cohésion sociale au sein de l’ISoSL.

Pour preuves, au sommaire des derniers numéros, quatre pages sur le service HA qui gère tous les achats de l’ISoSL – du papier collant au matériel spécialisé, et ce pour tous les sites – avec un budget avoisinant les quinze millions d’euros.  Les dix membres du service HA apprécient d’être installés au Petit-Bourgogne car gérer des marchés publics n’est pas une mince affaire ; vous devez être au calme et ces nouveaux locaux nous permettent d’être totalement focalisés sur notre boulot. Ou encore l’article intitulé Oli, l’homme aux 100.000 aiguilles qui relate comment le kiné Olivier Bertrand s’est spécialisé en acupuncture après trois ans de formation et deux stages en Chine finalisé par un examen théorique et pratique à l’Université de Shanghai. Ou encore l’article consacré à la cynothérapie qui intègre le chien dans le soin, il sert de lien entre le thérapeute et le patient. Une triangulation s’installe et permet de dynamiser les soins autrement. Ayant obtenu le soutien du Dr Bonhiver, médecin hygiéniste au sein de l’hôpital, Sébastien Gihoul a introduit la cynothérapie dans deux services mais dans un avenir proche, nous ouvrirons l’activité aux autres services du Petit-Bourgogne.   

Catherine Jendrzejczyk, lauréate du Prix du Corps Consulaire de la Province de Liège 2017-2018

Lors de la remise du Prix du Corps Consulaire de la Province de Liège 2017-2018, le recteur Albert Corhay s’est réjoui du partenariat existant entre l’université et cette association forte de 45 Consulats. Réussir son internationalisation et la renforcer supposent nécessairement d’agir au niveau local. Et cela est particulièrement vrai pour une université qui compte 5400 étudiants étrangers, près de 850 doctorants étrangers et un peu moins de 600 chercheurs et académiques originaires d’un autre pays. L’internationalisation d’une université repose également sur la place qu’elle confère à l’analyse du fait international et à la recherche en la matière. Participer à cette dynamique est clairement un des objectifs de ce prix. Et j’invite le Corps consulaire à poursuivre, voire à renforcer, ce type d’initiatives, notamment pour les étudiants en cours d’études. Il convient en effet de les éveiller aux relations internationales, de faire connaître l’action diplomatique et de transmettre une passion.

Le jury composé de trois membres du Corps consulaire (MM Dodelinger auquel on doit la création de ce Prix, Goffioul, Géradin) et de trois membres de l’ULiège (MM Hermans, président, Raxhon, Quentin) a proclamé lauréate du Prix, Madame Catherine Jendrzejczyk. Titulaire, entre autres, d’un master en Sciences politiques à l’ULiège, Madame Catherine Jendrzejczyk a traité de l’évolution de la question kurde en Syrie dans le nouveau contexte international au Moyen-Orient.

Un sujet d’une brûlante actualité. La bataille de Kobané qui a vu, en janvier 2015, la victoire des Kurdes syriens sur l’État islamique a-t-elle augmenté leur poids politique et leurs revendications fédératives. Dans la première partie de son travail,  Madame Catherine Jendrzejczyk  répond : assurés du soutien diplomatique et militaire de la communauté internationale dans leur lutte face aux forces terroristes de l’État islamique, les Kurdes syriens ont par ailleurs vu augmenter la légitimité de leurs revendications fédératives. La seconde partie examine notamment la perspective d’une fédéralisation éventuelle de l’État syrien et l’impact d’une telle option sur l’équilibre régional du Moyen-Orient. Quant à la troisième partie de l’ouvrage, elle est un approfondissement de la résistance kurde syrienne vis-à-vis de l’État islamique à l’échelle nationale, régionale et internationale.

La persévérance et la vaillance des Kurdes syriens vont-elles s’avérer payantes ?  La réponse est  oui non ou non oui. Dans ses conclusions, Madame Catherine Jendrzejczyk note que ces aspirations autonomistes sont actuellement fortement contrecarrées par les exigences du droit international et l’hostilité  des puissances régionales. Considérée comme une menace de déstabilisation majeure du système international, la sécession est effectivement exclue par le droit international. Il est alors fort peu probable que les Kurdes syriens puissent pousser leurs revendications jusqu’à la reconnaissance d’une indépendance de jure. Par contre, l’hypothèse d’une fédéralisation de l’État syrien permettrait une indépendance de fait de la communauté kurde syrienne, décentralisée du régime de Damas. Toutefois, la menace de susciter un phénomène d’émulation ne pouvant être totalement écartée, les puissances régionales dotées d’une communauté kurde risquent de s’opposer âprement à un tel projet.  

Photo © Michel Houet ULiège

De vraies nouvelles et pourtant rien ne va plus vite qu’une fausse nouvelle !

Fondateur du théâtre Arlequin, José Brouwers en est à sa trente-sixième création littéraire, un recueil de nouvelles Rien ne va plus vite qu’une fausse nouvelle (1). Un titre inspiré de Sacha Guitry qui, après avoir mis en concurrence mot d’esprit et fausse nouvelle, a accordé la victoire à cette dernière. Les quatorze récits – cent quarante-quatre mille cent dix signes, espace compris, au total – ont eu pour premiers lecteurs les membres du Royal Tennis Club de Liège dans leur revue AD (Avantage Dehors).

La nouvelle  est un genre difficile, exigeant. Certains romanciers, et non des moindres, estiment que son art est plus compliqué que le leur. Si dans l’absolu, une nouvelle compte de cinq à vingt-cinq mille signes, il est rare que deux nouvelles ait un score identique de signe espace compris. C’est pourtant le cas dans le recueil de José Brouwers ; Fausses nouvelles et La messe de minuit sont à égalité – six mille quatre cent quatre-vingt-un signes, espace compris. Hasard ou coquetterie d’auteur ?

José Brouwers a la plume locale. Tout, ou presque tout, se déroule à Liège, dans des décors familiers. Ainsi, on y retrouve, à la Taverne berlinoise, un professeur qui ressemble étrangement à un autre, constitutionnaliste éminent. D’ailleurs, l’un et l’autre se prénomment François ! L’érudition de José Brouwers le conduit à un style léger, voire coquin. Il évoque, tantôt, Mae West qui, à la fin d’un slow, murmure de deux choses l’une…ou vous êtes armé ou je vous fais beaucoup d’effet, tantôt Clémenceau, à la vue d’un couple dansant le tango se demande pourquoi diable  font-ils ça debout ?

Érudition sans pédanterie dans ce conte pour grands enfants qui met en scène deux peintres, Tamara de Lempicka et Philippe Waxweiler. L’une a dit parmi une centaine de tableaux, vous pouvez toujours reconnaître les miens. L’autre peut le dire. À l’étal du libraire, parmi la centaine de couvertures illustrant les livres, chacun.e peut reconnaître Rien ne va plus vite qu’une fausse nouvelle illustré du Carré graphique de Waxweiler !    

(1) Disponible à la librairie Livre aux Trésors – tél/fax : + 32 (0)4 250 38 46 – Place Xavier Neujean 27A, B-4000 Liège – mél : info@livreauxtresors.be

Verviers, 29 et 30 juin, les Musicales Guillaume Lekeu 2018.

Lors des premières Musicales Guillaume Lekeu, leur fondatrice Madame Gillard a rappelé qu’au début du vingtième siècle, un critique a écrit il est permis d’espérer qu’un jour prochain on rallumera la flamme de cette courte mais fulgurante destinée – à Verviers, à Bruxelles, à Paris, peu importe – pourvu que soit sauvé des poussières de l’oubli ce qui est immortel dans son œuvre. Si le jour prochain n’est venu qu’un siècle plus tard – et c’est donc aujourd’hui 5 juillet 2012 que naît le festival qui lui est dédié – il est permis de dire qu’autrefois, Lekeu a conquis Verviers, où il introduit ses amis parisiens, à leur septième édition, les Musicales Guillaume Lekeu (1) contribuent à rendre à Verviers sa dimension musicale internationale.

La verviétoise Eliane Reyes a fait sienne les concerts-lectures, un concept qui associe dans un même spectacle musique – Eliane Reyes est une pianiste virtuose – et parole. Ainsi, elle a présenté la raison des sortilèges en compagnie du philosophe Michel Onfray et de Jean-Yves Clément  évoquant leur rapport à la musique. À Verviers, Valses poétiques (2), c’est cinq siècles de poésie avec Patrick Poivre d’Arvor tandis qu’Eliane Reyes interprétera sept valses de Chopin et six de Granados. De sa voix télégénique, PPDA fera entendre  J’aime de vos longs yeux la lumière verdâtre (Baudelaire), J’ai tant rêvé de toi que tu perds ta réalité (Desnos), Le temps s’en va, le temps s’en va, ma Dame (Ronsard), Les roses de juillet pleuvront sur les chemins (Derème), Souvenez-vous qu’à mon âge / Vous ne vaudrez guère mieux  (Corneille).

Parmi les quatre concerts (3) prévus le second jour des Musicales, il en est un quasi à cent pour cent verviétois et vraiment à mille pour cent international, de Vieuxtemps à Maurane. Toutes les œuvres sont dues à des compositeur.e.s de Verviers, de Claude Luypaerts dite Maurane à son papa Guy-Philippe en passant par Henri Vieuxtemps, Guillaume Lekeu et David Reyes. En juin 2018, création mondiale en piano solo par Eliane Reyes de Tocca-Tango, opus que Guy-Philippe Luypaerts lui a dédié en 1995 en souvenir de quelques pas de tango esquissés sur la scène du Conservatoire lors de la remise des Chapuis.

Interprètes de ces compositeur.e.s, Eliane Reyes et Laurence Koch, arrière-petite-fille du liégeois Henri Koch. Elles ont en commun d’être montées sur scène à l’âge de cinq ans. Ce qui les différencie de Guillaume Lekeu. Nul souvenir ne nous enseigne qu’il se soit distingué prématurément. Tout au contraire nous montre en lui l’enfant sage et appliqué, apprenant le piano et le violon, mais ne se signalant point par des dispositions particulièrement brillantes, et rien ne nous permet de prévoir qu’un jour prochain la flamme pure du génie incendiera sa jeune intelligence et la fera resplendir. Autre point commun, leur carrière internationale. Ainsi, en novembre 2017, lors de la visite d’État au Japon de S.A.R. le Grand-Duc de Luxembourg et S.A.R. la Princesse Alexandra, elles ont donné un récital en l’honneur de LL.MM. l’Empereur et l’Impératrice du Japon au Palais d’Akasaka.

 VERVIERS Japon

(1) Musicales Guillaume Lekeu – Réservation : tous les jours, 9h 17h, Maison du Tourisme de Verviers info@paysdevesdre.be, tél 087/30.79.26 ou au Centre culturel, lundi au vendredi, 10h 12h30, 13h30 17h30 billetterie@ccverviers.be, tél 087/39.30.60 – Prix : 29/06 25€, 30/06 25€, pass 2 jours 40€ – Accès gratuit pour les moins de 18 ans.

(2) Valses poétiques – 29/06 – 20h – Espace Duesberg, Bd des Gérardchamps 7c.

(3)  Quatre concerts pour 25€ – 30/6 – 15h30 : Concert des Jeunes Talents de notre Région – 17h : De Vieuxtemps à Maurane – 19h : La Reine Élisabeth – 21h : Concert « Piazzola & Grieg » – Espace Duesberg, Bd des Gérardchamps 7c