… à propos de la retransmission sur le net de la séance publique du Conseil communal.

    En suite de la publication du texte relatif à la retransmission sur le net de la séance publique du Conseil communal, la responsable de la Communication, Laurence Comminette nous adressé un aimable courriel qui nous a permis de corriger une erreur factuelle.

    Ce courriel nous le partageons avec notre lectorat :  Bonjour Pierre, Quelques petits éléments concernant ta publication sur la retransmission du Conseil: – la qualité de la retransmission, je ne partage pas ton avis et ça va à l’encontre des retours qu’on a qui sont très positifs.- Concernant liege.be, il y a eu deux choses: un petit souci au lancement où on a perdu quelques secondes et il semble par ailleurs qu’il y ait quelques personnes qui sont passées par le site et chez qui cela ne fonctionnait pas.  Ce qui tu le comprendras fait partie des aléas d’une première mais c’était très limité au niveau de l’impact: des échos qu’on a et des tests effectués pendant le live, cela ne concerne qu’un nombre très limité de personnes. – Il n’y a pas eu de retransmission sur Facebook néanmoins, les statistiques font état d’un pic de connexion à 800 et la moyenne s’est maintenue entre 250 et 300 selon le premier décompte. Belle journée.

    Ce courriel montre qu’à propos d’un même fait, la vision d’un communicant et la vision d’un journaliste professionnel  peuvent diverger. Ce qui est heureux. Lorsque les visions ne divergent pas, le journaliste a fait preuve de paresse en se contentant d’un copier-coller émanant du communicant.

    En ce qui concerne la qualité de la retransmission, celle-ci sur notre écran d’ordi, au début, a été entrelardée de  coupure de son et d’apparition à l’image  d’un quasi-cercle blanc. À plusieurs reprises, celui-ci a entouré le nez de noss Willy. Si l’image prête à sourire, ce n’est pas le but recherché ! Heureusement, nous n’avons été que quelques-uns à souffrir de ce désagrément qui s’est estompé au fil du temps.

    Actuellement, la vidéo liégeoise est disponible sur YouTube, mais point sur www.liege.be. Or, ce site est normalement le lieu où citoyennes et citoyens rencontrent les édiles communaux ainsi que tous les services administratifs de la Ville. 

    Liège n’est cependant pas la première ville de Wallonie à retransmettre les séances publiques du Conseil communal.  Mons le fait depuis octobre 2017 sur son site www.mons.be. Ainsi, la vidéo de la séance du 15 janvier 2018 est disponible jusqu’à la prochaine réunion du Conseil.  La publication de cette page officielle de la Ville de Mons a été vue 24563 fois. Pour mémoire, la population de Mons est d’environ 95000 personnes sans compter les shapiens et étudiants en kot. 

P1330028.JPG

© Francis Carlier

Retransmission de la séance publique du Conseil communal : Liège peut mieux se réinventer!

    Dans son communiqué de vendredi dernier, le Collège communal dit avoir procédé aux démarches nécessaire pour aboutir à une retransmission de qualité sur www.liege.be via la chaîne YouTube de la Ville. Ce lundi 29 janvier à 18h30, pour la retransmission de la séance publique du Conseil communal, il serait inexact de dire que la qualité ait été au rendez-vous. Certes, la qualité s’est améliorée au fur et à mesure de la durée de la retransmission qui s’est arrêtée brutalement à 23h10, cette vidéo n’est pas disponible.

    Quant à celles et ceux qui ont choisi de regarder la retransmission sur www.liege.be, leur sort a été pire. Sur leur écran, avec une très belle vue du port de yachts, deux inscriptions : Suivez, en direct, les débats du Conseil communal de la Ville de Liège du 29 janvier 2018 à 18h30 et en attente de Ville de Liège 29 janvier à 18h30. L’attente a été longue et vaine. En effet, la retransmission s’est effectuée sur YouTube.

    L’audience a culminé à 272 personnes, stabilisée aux environs de 250 durant les trois premières heures puis une chute vertigineuse au point d’atteindre 14 personnes alors que Maggy Yerna aborde ses points à l’ordre du jour de la séance publique. En résumé, Liège peut mieux se réinventer !En

Maurice Mottard, bourgmestre empêché de Grâce-Hollogne, champion du « Septante et un »

 

MAURICE MOTTARD.jpg

    Le 4 août 2003, Aurélie a été la première candidate de l’émission Septante et un sur RTL-TVI. Quinze ans plus tard ce jeu est toujours à l’antenne et cartonne. Septante et un présente, du lundi au vendredi, un.e candidat.e unique répondant aux questions de Jean-Michel Zecca tout en visant à éliminer les septante personnes réunies en studio. La célérité à répondre à une première question détermine la personne candidate parmi les septante et un présents. Tel est le principe de ce jeu télévisé.

   

    Ce principe à naturellement une exception ; le mercredi est réservé aux bourgmestres de Wallonie et de Bruxelles qui affrontent septante personnes de leur commune. Ce mercredi 17 janvier 2018, le bourgmestre empêché de Grâce-Hollogne, le député wallon Maurice Mottard a été un excellent candidat – 2400 € au bénéfice de Télévie. Jean-Michel Zecca lui a proposé de jouer cette somme à un Quitte ou double. Maurice Mottard a dit oui en précisant qu’au cas où il échoue, il s’engage à verser de sa cassette personnelle 2400 € au Télévie. Finalement, Télévie va percevoir 4800 € grâce au savoir et à l’audace de Maurice Mottard.

1ère chaîne d’info de France, BFM TV HD virée de l’offre de base de Proximus !

BFMTV.png

        En pleine campagne présidentielle française – campagne très suivie en Wallonie et  à Bruxelles – Proximus annonce que dès le 31/03, la chaîne d’information BFM TV HD ne sera malheureusement plus diffusée sur Proximus TV. Cette décision  mettra fin à quinze mois de diffusion sur le canal 277 de la première chaîne d’info de France, un titre qui, sur base des calculs d’audience de l’institut Mediamétrie, BFM TV HD détient depuis juin 2008 et dont elle a fait son slogan. C’est, en effet, le 1er janvier 2016 que Proximus a remplacé la chaîne privée allemande  ProSieben  par BFM TV HD dans son offre de base. Au vu de ce nouveau changement annoncé, le client de Proximus peut résilier son abonnement  à tout moment sans frais par écrit.

        L’an dernier, à pareille époque, Proximus annonce la suppression fin avril de la chaîne française KTO fondée en 1999 par le cardinal Jean-Marie Lustiger et diffusée en Belgique depuis 2011. Le 18 mars 2016, l’archevêque De Kesel et les évêques francophones lancent une pétition  contre cette décision unilatérale et inopinée. Des catholiques, des chrétiens, des agnostiques, des francs-maçons, des musulmans, des juifs, des intellectuels la signent. C’est à peine s’ils ne disent pas retro proximus !  Résultat, KTO occupe toujours le canal 299 et bien Malin qui l’en sortira !

        Ni KTO, ni BFM TV ne bénéficient du droit de distribution obligatoire (1) imposé par le Conseil supérieur de l’Audiovisuel (CSA). Dès lors, Proximus met dans ses canaux les chaînes qu’il décide. Il peut également les retirer sans donner la moindre explication. C’est le fait du Prince. En ce qui concerne la suppression fin mars de BFM TV HD, Proximus semble compatir à la tristesse des téléspectateurs par l’adverbe malheureusement. Piètre consolation !

        Dans l’air du temps, Proximus entend être positif. Il précise plusieurs chaînes dans notre offre proposent le même genre de programmation sur l’actualité internationale : LCI (canal 274), CNN (canal 270), BBC World (canal 271), Euronews (canal 272) ou encore France 24 (canal 278). Il ne signale pas l’attribution d’un second canal (le 275) à France 24, filiale de la société publique France Médias Monde. Il omet également de citer la chaîne qatarie Al Jazeera  (canal 276).

        La logique de Proximus évoquant le même genre de programmation que BFM  TV HD constitue un mépris du travail spécifique des journalistes professionnels dans ces chaînes. Cette logique aboutit à nier l’intérêt de la pluralité des médias. Tous les mêmes  semble penser Proximus. Le citoyen soucieux d’être correctement informé a besoin d’avoir accès à plusieurs médias télévisuels car chacun d’eux a une sensibilité différente.

PROXIMUS noeud.jpg

(1) Bénéficient du droit de distribution obligatoire La Une, La Deux, La Trois, TV5, Eén, Ketnet/Canvas, la BRF et les services de télévision locale dans leur zone de couverture (Avis du CSA  du 20 mars 2014)

RTC Télé Liège en marche vers une ère nouvelle …

  LIEGE LOGO RTC.jpg

   RTC Télé Liège a fait le plein ce dernier lundi de janvier à la Maison de la Presse et de la Communication pour sa conférence  de presse dont l’objet n’était point précisé dans l’invitation. Le président du Conseil d’Administration, Jean-Christophe Peterkenne, a présenté à la presse le nouveau Directeur-général, Philippe Miest entré en fonction le 4 janvier pour un mandat de cinq ans. Il indique les tâches qui seront siennes dont, notamment, accroître l’audience, diversifier les publics, s’ouvrir aux médias sociaux, accentuer la proximité avec le public qui couvre les arrondissements de Liège, Huy et Waremme. Les finances saines permettent une synergie avec TÉLÉVESDRE, TV LUX et TV COM (Brabant wallon) qui sont le même cas. En 2017, 250 000 € d’investissement en matériel sont prévus.

     Précédemment journaliste, gestionnaire au groupe Sud Presse, Philippe Miest rencontre individuellement chaque membre du personnel – une trentaine de personnes dont sept journalistes. Le climat social est bon. D’ici juillet, il doit se mettre à la recherche d’un nouveau rédacteur en chef. En effet, Jacques Mertens – présentateur mythique selon La Meuse – fait valoir ses droits à la retraite fin juin. Parmi les qualités à faire valoir à l’emploi, une fine connaissance du terrain couvert par RTC Télé Liège (1) s’impose. Pour être davantage au sein de la cité, la TV locale entend s’assurer davantage de visibilité en déménageant son implantation. Où, quand ?  Rien n’est décidé, tout est encore au stade de la réflexion.

   En revanche, ce qui est assuré c’est que RTC Télé Liège entre dans une nouvelle ère – visible à l’antenne, en septembre. Ère nouvelle où les manières de travailler seront différentes, où la vie des équipes va être modifiée avec le plaisir comme moteur.

   En réponse à une question évoquant la TV des bourgmestres, Philippe Miest a affirmé qu’en un mois de présence, n’avoir reçu le moindre appel d’un bourgmestre des cinquante-cinq communes desservies par RTC Télé Liège. Aucun ne s’est manifesté pour le féliciter de sa promotion … La courtoisie se perd !

 

(1) RTC Télé Liège : Rue du Laveu, 58 – 4000 LIEGE – Tél : 04 254 99 99 – Fax : 04 254 99 98

Christian Quasada … « une bête de TV » !

      

LIEGE Christian.jpg

     Dans les annales des jeux TV des chaînes françaises, Marie Friedel demeure celle qui a gagné le plus,  1 000 000 d’euros. Le temps de répondre correctement à quinze questions posées par Jean-Pierre Foucault dans Voulez-vous gagner des millions ? En revanche, aux Douze coups de midi, Christian Quesada, surnommé le professeur, a dû répondre à plus de cinq mille questions posée par Jean-Luc Reichmann pour empocher 839 392 euros dont 209 392 sous forme de cadeaux.

       En réalité, la totalité des 600 000 euros n’est pas encore dans les poches de Christian. La société de production Endémol, basée à Amsterdam, paye les gains à nonante jours fin de mois. Comme Christian est dans le jeu le 4 juillet, le calcul de ce qu’il a déjà touché et la somme qui lui reste à encaisser est relativement simple. Un enfant de primaire est à même de résoudre le problème surtout s’il est un hyper doué comme Christian l’a été avec deux ans d’avance durant sa scolarité.

       Au fur et à mesure de sa participation au 12CDM, Christian se fixe comme ambition d’atteindre 1 000 001 euros. Savoir gagner avec panache a dit Charlie Chaplin. Hélas, la cent quatre-vingt-troisième présence sur le plateau de 12CDM se révèle fatale. Le record de Marie Friedel  n’est point battu. Savoir perdre avec dignité dit encore Chaplin. La structure du jeu conçu par Endémol fait que des téléspectateurs de TF1 se partagent la même somme que Christian a gagné. Il détient ainsi le record du candidat ayant généré 1,6 million d’euros de gain comme il l’a dit à nos confrères du Figaro Magazine.

       Passionné de Scrabble, Christian lit de A à Z le dictionnaire.  Il y a vingt ans, première  participation au jeu télévisé Des chiffres et des lettres. Il remporte la Coupe des Champions, deux ans plus tard, la Coupe des Masters et en 1991, la Coupe des Clubs. Il est le seul candidat a posséder un tel palmarès de ces trois grandes épreuves TV. Puis, il y a sa présence aux Douze coups de midi du 4 juillet 2016 au 14 janvier 2017. Le secret de sa réussite ?  Christian Quesada ne le cache point ; pour briller dans ce jeu, et avoir une longévité comme la mienne, il faut avoir plusieurs qualités: une bonne culture générale, faire abstraction des caméras et avoir une bonne mémoire… Bref, à la portée de chacun !

Ouf, un décodeur Proximus moins énergivore …

 

PROXIMUS noeud.jpg

        Au 31 janvier 2017, les décodeurs actuels de Proximus seront obsolètes. Aussi, une opération d’échange avec le nouveau modèle qui donne accès à un nouveau menu TV convivial  et permet en outre de zapper plus vite est actuellement en cours. En collaboration avec Bpost, Proximus vous propose de choisir le jour où le nouveau décodeur vous est remis à domicile.

        Si pour l’ancien décodeur, Belgacom – le papa de Proximus – a laissé le choix entre l’achat – 99€ – et la location, Proximus impose la location – 8€ le mois – pour le nouveau modèle. S’il est exagéré de crier à l’arnaque, il est permis de dire que la méthode s’en rapproche. Démonstration : prenons un cas réel du client qui achète en juin 2011 son décodeur Belgacom et l’utilise jusqu’à juin 2016 (60 mois), mensuellement cela lui a couté 1€ 65. Pour soixante mois de location chez Proximus, le client est appelé à débourser 384€ car bonne fille,  Proximus lui  accorde la gratuité la première année de location.

        384€ chez Proximus contre 99€ chez Belgacom, c’est une augmentation de … 387%. Ce montant flirte avec l’arnaque mais Proximus rassure. Son nouveau décodeur consomme moins d’électricité.

PROXIMUS décodeur.jpg