"Les Nuits de Liège": la chance d'Angelo Danubio, son accent!

Les Nuits de Liège (1), le dernier opus de José Brouwers, est davantage que le récit de la vie d’Angelo Danubio, un des créateurs de la vie nocturne liégeoise durant près d’un demi-siècle. Lorsque le papa d’Angelo et Marianne, Luigi, en décembre 1947, quitte sa femme Rosina et sa cité d’Enna en Sicile pour venir travailler dans les mines belges, il ne trouve point l’eldorado promis par le Protocole belgo-italien du 23 juin 1946. Ce Protocole prévoit l’envoi hebdomadaire de 2000 Italiens à destination des charbonnages belges en échange de 200 kilos de charbon par jour et par homme achetés par l’Italie. La Belgique s’engage notamment à procurer un logement décent aux mineurs italiens par l’intermédiaire des charbonnages, à respecter du plus possible l’habitude alimentaire des Italiens.

Les Italiens sont logés dans des baraquements en tôle, improvisés d’abord pour y enfermer des prisonniers. Le sol, c’est de la terre battue (…) Les mineurs débutants reçoivent leur lampe, leur bleu, leur casque après deux ou trois jours. Ce ne sont point des cadeaux. On retient de leur salaire le prix de cet équipement pourtant indispensable. Pour descendre dans le puits, ils empruntent un ascenseur rudimentaire ouvert sur le mur où l’eau dégouline. D’aucuns tel l’ami de Luigi qui a pourtant connu les mines de soufre en Sicile ne peuvent supporter ce premier accès à l’enfer qui sent la suie et pue la mort. L’ami de Luigi est arrêté, traité comme un délinquant, jeté en prison. Oui, pudiquement appelée centre fermé. Et puis expulsé vers la terre natale de Pirandello.

L’ami rentre à Enna en février 48 : c’est l’enfer, Rosina (…) et je ne te parle pas seulement du travail innommable mais encore de l’accueil qui est indigne. (…) Rosina s’est mise à pleurer. Luigi en être réduit à cela pour nous nourrir les enfants et moi. Il rêvait d’un travail agréable, bien payé, et il vit un cauchemar. En revanche, Luigi s’est habitué, mieux s’est adapté à ce labeur d’esclave. C’est un optimiste, un homme plein de courage, de joie de vivre. Après un an passé dans l’obscurité, il retrouve la lumière. Il revient à Enna. (…) Les économies grapillées ne lui permettent pas d’entreprendre une nouvelle vie dans sa jolie ville auprès des siens. Il s’avère qu’il n’y a qu’une solution : repartir pour la Belgique. Ce n’est que le 13 août 1951 que l’ensemble de la famille est réuni au 128 de la rue Émile Vandervelde à Glain car désormais Luigi travaille au charbonnage Patience et Beaujonc et non plus à Beringen comme en 1947.  

 Sitôt arrivé en Belgique, Angelo qui ne parle qu’italien est inscrit à la communale en première année primaire. Il passera en deuxième dès Noël, et en troisième à Pâques. À 12 ans, il termina ses primaires en tête de classe avec son ami Bruno qui deviendra ingénieur civil. Ensuite, il fait ses moyennes, il aurait souhaité poursuivre ses humanités et tenter l’entrée à l’université mais son père souhaitait qu’apprenne un métier et l’inscrivit à l’école technique du quai du Condroz.  Événement important dans la vie d’adolescent d’Angelo, sa sœur se marie. Un mariage à l’italienne impose des sacrifices. Luigi vendit la maison familiale d’Enna. (…) Il avait sa fierté. (…) Le mariage de Marianna les laisse sans un sou. Mais, dès cet instant, plus jamais, il ne voulut demander de l’argent à ses parents. Étudiant, il alterne divers jobs dont celui de travailler au resto de son cousin Dino en Bergerue.

En cours du soir, il prépare l’examen d’entrée au laboratoire de métrologie de la Fabrique Nationale. Il le réussit. Mais il a d’autres passions : la lutte gréco-romaine qu’il pratique à l’Académie liégeoise de la Sauvenière, sa salle de gymnastique et l’amour, à 17 ans, il tombe sérieusement amoureux de la femme de sa vie, Josiane a 15 ans. Il l’épouse en mars 67.

Un défi de ses collègues de la F.N. – à la foire de Liège, affronter un des champions du Sporting Palace – le fait entrer, suite à sa victoire sur Panchovilla ex-champion du Mexique, dans le monde du catch. Il participe au championnat d’Europe de lutte professionnelle et même au tournoi de catch de Francfort. Celui-ci dure une semaine et Angelo fait quotidiennement le trajet aller-retour entre la F.N. et Francfort. Son secret, le lift de l’estomac. Qu’est-ce que c’est que ça ? Angelo s’installe les pieds en hauteur sur une planche inclinée à 30 degrés, il respire très profondément et il s’endort pendant une heure. Il régénère ainsi le sang asphyxié. (…) Et il est à son poste à la F.N. une plus tard, en pleine forme. Ayant eu une promotion à la F.N., il tombe sur un petit chef qui lui déclare : Danubio, je suis allergique aux Italiens. Dites-vous que tant que je serai ici, vous resterez au bureau, sans congé de faveur pour vos petites sorties sportives. Angelo n’eut pas à réfléchir. Sa réponse fut prompte, directe, définitive : je suis aussi allergique, Monsieur, mais moi, c’est aux poils de chat. Il existe pour contrer cela des vaccins. Pour votre allergie aux Italiens, il n’y a aucun médicament. C’est pourquoi, je vous donne ma démission. Le papa Luigi est déçu : Quitter la F.N. pour l’Horeca !

Dorénavant l’Horeca sera sa voie. La voie idéale pour que sa voix adopte un solide accent liégeois. Cet accent sera la grande chance dans la vie d’Angelo. Il va lui permettre de rencontrer à Strasbourg le directeur de Kronenbourg pour la Belgique. Quelques mois plus tard, le 22 octobre 1971, le maïeur de Liège, Maurice Destenay, inaugure rue des Dominicains la Taverne Kronenbourg. L’innovation d’Angelo fut d’ouvrir 24 heures sur 24, à 15 heures, Angelo prend la relève avec une station au comptoir jusqu’au lendemain à 9 heures (…) Cela durera jusqu’en 1976. (…) Dans la belle taverne où il était roi, Angelo souhaitait fidéliser une clientèle agréable dans une ambiance détendue et joyeuse avec, en diffusion permanente, de la bonne musique en accord avec cette clientèle. La clientèle était variée et venait par vagues, des profs d’Univ – Quaden, Rentier -, des cinéphiles, des amateurs d’opéra jusqu’aux belles de nuit.

À travailler 18 heures par jour durant des années, Angelo dégage des fonds pour créer un club de nuit. Sur la suggestion de Marcel Liben, comédien et bistro, il ouvre rue d’Amay le Quiet Club. Caractéristique de ce club de nuit, pas de piste de danse, de l’avis des pessimistes : c’est voué à l’échec. Mais Angelo conquiert sa clientèle avec de la bonne musique, classique, jazz, chansons françaises. En 1982, rue Saint-Jean-en-Isle, ouverture d’un nouvel établissement. C’est Lucien François, professeur à l’Université de Liège (…) qui persuade Danubio de donner à son nouveau club le nom de Jason, personnage mythologique ravisseur de la Toison d’Or. Voulait-il souligner le courage d’Angelo et sa persévérance, à travers ce nom du héros antique ?

Richement illustré de photos relatant une quarantaine d’année de Nuits de Liège, le livre fourmille d’anecdotes sur cette période. Cela va de Claude Nougaro, aux soirées afro-cubaines, au marathon de la chanson française sans oublier la place de l’art. C’est lui qui surtout commence dès l’ouverture du Quiet club, à exposer des artistes (…) Il a compris que les artistes par définition sans trop de moyens doivent pouvoir montrer leur travail. Il les accueille, graveurs, peintres, sculpteurs. Il leur offre gracieusement les cimaises du club. Il agira de même quand il ouvrira sa galerie d’art. Galerie gérée par sa fille Rosanne.

Après avoir remis en 2004 le Jason qui disparaitra en 2008, Angelo installe rue Saint-Jean-en-Isle le Quiet Club. En juin 2017, il cède celui-ci à Americo, son filleul, fils de sa sœur Marianne et à son petit-neveu Régis. Le club est bonnes mains, affirme Angelo. Ils sont jeunes, intelligents, ils savent sélectionner la clientèle et lui assurer la sécurité, car ils sont aussi de solides sportifs. De beaux jours en perspective pour les Nuits de Liège !

  • Les Nuits de Liège sont notamment disponibles dans les librairies Livres aux trésors, place Xavier Neujean et Pax, place Cockerill – 20 €        

« PARIS-PANAME » au Troca : une Revue du tonnerre!

Grâce à l’amabilité de Michel Depas, directeur du Trocadéro, Jean-Luc Vasseur et ses équipes du Commerce liégeois, de Walhardent et de Culture-Liège ont convié des centaines de Liégeois.e.s à la générale de la Revue Paris-Paname. Durant plus de deux heures, un spectacle féerique a charmé leurs yeux et leurs oreilles dans cette bonbonnière de velours rouge et de peinture à la feuille d’or. Une salle magique datant de la fin du XIXème siècle dont la charpente métallique de la toiture a été créée par Gustave Eiffel. Initialement appelée Eden-Strasbourg, rapidement Liège la dénomme Strass. En 1898, une pub proclame : À Strass, èl rowe Lulay / On s’distrêye, on s’y plait / S’on vout passer s’dimègne / Sins s’plainde èt sins fér l’hègne / Qu’court èl rowe Lulay / À Strass, là wisse qu’on s’plait. En 1903, changement de nom : La Renaissance. Une salle qui accueillera notamment des vedettes telles Félix Mayol, Yvette Guilbert et la Belle Otero.  Ce n’est qu’en 1915 que le théâtre de la rue Lulay-des-Fèbvres prend le nom de Trocadéro.

Paris-Paname, c’est un bonheur intégral en voyant évoluer dans des chorégraphies de Toto Mangione filles et garçons de toute beauté, de souplesse et de charme. Comme l’écrit dans le Journal du Troca la Meneuse de Revue Claire Camille : les Chorégraphies de Toto Mangione sont un régal autant pour le corps que pour les yeux. Autre sujet d’émerveillement pour Claire Camille dont la carrière va de l’Opéra de Paris au Ballet Béjart sans oublier le Lido de Paris en tant que Meneuse de Revue, les costumes de Sébastien Lallemand. Je continue d’être estomaquée à chaque costume que je découvre ici ! Le travail des plumes et des strass est divin, et je sais à quel point ces détails sont longs, fastidieux et coûteux à réaliser. Je salue ce travail d’orfèvre et n’ai qu’une hâte : le mettre en valeur et lui donner toute l’attention qu’il mérite !

Le Troca comme on dit à Liège et dans l’adresse courriel du théâtre – www.troca.be – est incontestablement dans notre royaume le lieu des Revues à grand spectacle à l’image des scènes parisiennes. Outre Paris-Paname, en même temps, le Troca programme la Revue Prestige avec Alexise Yerna. Ainsi, le 31 décembre à 17h. est à l’affiche Prestige (1) tandis queà 21h, Paris-Paname (2) l’est.  

  • Représentation Prestige : 13/12 15h, 14/12 15h et 20h, 15/12 15h, 21/12 15h, 22/12 15h, 31/12 17h, 5/1 15h. Réservation du mercredi au samedi de 12h à 18h : tél. 04 223 34 44.
  • Représentation Paris-Paname : 23/1115h, 24/11 15h, 31/12 21h, 18/1 15h et 20h, 19/1 15h, 25/1 15h, 26/1 15h, 8/2 15h, 9/2 15h. Réservation du mercredi au samedi de 12h à 18h : tél. 04 223 34 44.

Revue « EVASION » au Trianon

À la mi-décembre, en compagnie de membres du Dernier Carré – le club des pensionnés de la RTBF-Liège -, nous avons assisté à une représentation de la revue Évasion au Théâtre du Trianon (1). Quel émerveillement, quel spectacle, quelle fantaisie, quel humour, quelle beauté – et que des beautés ! -, quel rythme. Nous avons été ravis, éblouis par tant de talents.

Nous faisons nôtre le final de la revue où l’ensemble de la troupe  déclare : C’est avec notre cœur / Et grand bonheur / Que nous vous accueillons / Les anges et les démons /Pour un plein d’émotions / Y a un paradis sur terre / Le monde entier vient s’y distraire / C’est coquin, câlin, bonheur, lutin / C’était vraiment divin / C’est avec notre humour / Que sans détour / Nous vous embarquions / Pour un paradis d’amour / Vous avez rêvé, dansé / Chanté, fêté, vibré et ris / C’était mieux qu’au paradis / Ce soir c’était la fête / On était tous en quête / D’évasion / Une soirée unique / Magique et féerique / Au Trianon / Les spectateurs sont heureux / Ont des étoiles plein les yeux / C’est canon ! / Des artistes de choc / Pour un show / D’évasions / C’est très chic.

  • Revue ÉVASION – samedi 5 et dimanche 6 janvier à 14 h 30 – au Trianon 20 rue Surlet, tél. 04 342 40 00 – Tarif unique 30 €, Groupes (minimum 10 personnes) 25 €

Christian Quasada … « une bête de TV » !

      

LIEGE Christian.jpg

     Dans les annales des jeux TV des chaînes françaises, Marie Friedel demeure celle qui a gagné le plus,  1 000 000 d’euros. Le temps de répondre correctement à quinze questions posées par Jean-Pierre Foucault dans Voulez-vous gagner des millions ? En revanche, aux Douze coups de midi, Christian Quesada, surnommé le professeur, a dû répondre à plus de cinq mille questions posée par Jean-Luc Reichmann pour empocher 839 392 euros dont 209 392 sous forme de cadeaux.

       En réalité, la totalité des 600 000 euros n’est pas encore dans les poches de Christian. La société de production Endémol, basée à Amsterdam, paye les gains à nonante jours fin de mois. Comme Christian est dans le jeu le 4 juillet, le calcul de ce qu’il a déjà touché et la somme qui lui reste à encaisser est relativement simple. Un enfant de primaire est à même de résoudre le problème surtout s’il est un hyper doué comme Christian l’a été avec deux ans d’avance durant sa scolarité.

       Au fur et à mesure de sa participation au 12CDM, Christian se fixe comme ambition d’atteindre 1 000 001 euros. Savoir gagner avec panache a dit Charlie Chaplin. Hélas, la cent quatre-vingt-troisième présence sur le plateau de 12CDM se révèle fatale. Le record de Marie Friedel  n’est point battu. Savoir perdre avec dignité dit encore Chaplin. La structure du jeu conçu par Endémol fait que des téléspectateurs de TF1 se partagent la même somme que Christian a gagné. Il détient ainsi le record du candidat ayant généré 1,6 million d’euros de gain comme il l’a dit à nos confrères du Figaro Magazine.

       Passionné de Scrabble, Christian lit de A à Z le dictionnaire.  Il y a vingt ans, première  participation au jeu télévisé Des chiffres et des lettres. Il remporte la Coupe des Champions, deux ans plus tard, la Coupe des Masters et en 1991, la Coupe des Clubs. Il est le seul candidat a posséder un tel palmarès de ces trois grandes épreuves TV. Puis, il y a sa présence aux Douze coups de midi du 4 juillet 2016 au 14 janvier 2017. Le secret de sa réussite ?  Christian Quesada ne le cache point ; pour briller dans ce jeu, et avoir une longévité comme la mienne, il faut avoir plusieurs qualités: une bonne culture générale, faire abstraction des caméras et avoir une bonne mémoire… Bref, à la portée de chacun !

Sur la rive gauche, la Terrazza Martini temporaire, sur la rive droite deux terrasses permanentes, à Li P’tite Couhène et La Taverne des Vennes.

        La météo prévoit du soleil ce dimanche à Spa-Francorchamps. Comme dans la dernière décennie du 20ème siècle, les supporters allemands se sont déplacés en masse au temps de la splendeur de Schumacher, cette année, on attend une déferlante néerlandaise autour du circuit ardennais venue soutenir leur compatriote Max Verstappen, âgé de 17 ans. Rien n’est joué entre l’écurie Mercedes-AMG et la Scuderia Ferrari d’autant que les pilotes de Williams Martini Racing sont susceptibles de jouer les trouble-fête.

       Jeudi soir, à la soirée VIP organisée à la Terrazza Martini, Valtteri Bottas et Felipe Massa n’ont rien révélé de leur boulot dominical  Jeudi soir, le boulot a été promo de Martini sans possibilité de poser des questions ou de se faire photographier avec eux. Connue pour sa gioia di vivere  (joie de vivre italienne), Martini – et sa Terrazza temporaire – fait découvrir l’univers de la F1 dans quatre villes de Grand Prix. Liège a été choisie pour installer Boulevard Frère-Orban, en bord de Meuse l’impressionnante terrasse, à l’accès gratuit  vendredi 21 et samedi 22 aoûtet l’on y sert aux non-VIP un mélange irrésistible de cocktails à base de … Martini !

LIEGE Terrazza.jpeg

        Mais si cette Terrazza en rive gauche est temporaire, sur la rive droite, il est deux établissements qui offrent, en tout temps, le charme de leurs terrasses. L’un, La Taverne des Vennes (1) située au milieu du Boulevard de l’Automobile, sur la petite place aux catalpas, l’autre Li P’tite Couhène (la petite cuisine) (2) au bout de ce même boulevard, à l’ombre de la Médiacité.

        La Taverne des Vennes est un établissement populaire comme le quartier en a compté beaucoup lorsque des industries tel Cuivre et Zinc y ont prospéré.  La Taverne des Vennes, c’est un microcosme qui permet de rêver a écrit notre confrère Jean-Pierre Keimeul. Les habitués occupent le zinc. Aux murs, des reproductions de l’exposition universelle de 1905. Un des rares établissements à y être vraiment attentifs. Cela garde le cachet d’une vieille brasserie. Dans le vaste jardin fleuri, à l’arrière, Marcus mitonne une petite restauration chaque midi du lundi au vendredi, tandis que le patron, Charlie met à la disposition de sa clientèle un barbecue et une piste de pétanque. Derrière le comptoir, officie notamment  la jolie Joanna, à l’accent du français de Beyrouth.

LIEGE Ista.jpgGeorges Ista, journaliste, militant wallon

        Li P’tite Couhène est la seule enseigne commerciale de la rue d’Harscamp en forme d’un gigantesque sachet de frites. Éric les prépare et le sert dans des cornets tels qu’utilisés au temps où les fritures s’appelaient, comme Georges Simenon l’écrit dans Mémoires intimes, encore fritures et non friteries !

        Attenant au comptoir est le restaurant qui donne accès à une belle terrasse arborée de vignes et de figuiers. L’Eden en pleine ville. La carte est courte, gage de qualité, auquel s’ajoutent deux suggestions hebdomadaires. L’une propose un tour de monde sous forme d’hamburger, les USA avec sauce BBQ maison, bacon, cheddar, laitue, tomates, l’Italie avec  mozzarella, tomates séchées, pesto, roquette, olives, la Grèce avec tzatziki, tomates séchées, feta, olives noires.

        Les autres suggestions hebdomadaires ? Variées telles salade César (blanc de poulet, romaine, parmesan, bacon…), anneaux de calamars et salade grecque, filets de rougets, légumes du Sud grillés et boulghour, bœuf bourguignon, médaillon de porc aux deux pommes, sauce crémeuse au cidre, filet mignon de porc miel-gingembre. L’eau à la bouche. Voisine à Media rives, la RTBF a fait de Li P’tite Couhène une de ses cantines. Mojito, sangria, splitz sont préparés maison. En prime, à l’issue du repas, le patron Éric offre toujours un péket au melon, un régal !

        Inutile de le dire – mais cela le vaut bien – que tant à Li p’tite couhène qu’à La taverne des Vennes, les prix sont ultra-démocratiques.

(1)   La Taverne des Vennes, place Georges Ista 17, tél. 04.343.91.47. Ouvert 7 jours sur 7, www.tavernedesvennes.be

(2)   Li P’tite Couhène, rue d’Harscamp 48, GSM 0492 639 514. Ouvert du mardi au samedi de 11h30 à 21h00.

LE 56ème FESTIVAL THÉÂTRAL DE SPA : D’ ÉCLAIRANTES ÉNUMÉRATIONS.

logo Spa 2015.jpg

        Le Festival de théâtre de Spa  se présente chaque année en communiquant une série de chiffres que l’on peut compléter, voire parfois rectifier au lieu de les arrondir : sa 56ème édition depuis 1959 (1) propose en  2015,  10.000 places  en six lieux et en dix jours afin de permettre à 73 comédiens (20 dont 7 musiciens  des Baladins du Miroir, 18 de deux productions de l’Atelier-Théâtre Jean Vilar et six nous venant des Pays de Loire, tandis que les 16 autres  spectacles – sur 20  soit   80%  de ceux-ci – ont ensemble  eu recours à 29 comédiens soit moins de deux en moyenne par spectacle) de jouer 44 fois 20 pièces dont quatre créations et trois spectacles venus de France dont celui (« sold out » c’est-à-dire complet en moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire) avec la triomphatrice  du Molière de la meilleure comédienne de l’année :  la Liégeoise Marie Gillain. On pourrait poursuivre  l’inventaire à la Prévert  en évoquant quatre rencontres, trois lectures, cinq spectacles de rue, six stages dont cinq pour des catégories de jeunes allant de 2 ans et demi à 17 ans ou bien encore un dîner spectacle, des formules Thermes-Théâtre etc….

SPA 2015 Brooklyn.jpeg

        Mais chez les lecteurs curieux les énumérations ne font l’objet d’appréciations qu’après comparaisons. Je lis ainsi qu’en 1961, le festival annonçait 26.252 spectateurs pour 39 représentations en  18 jours  par 37 comédiens résidant à Spa et 42 comédiens navetteurs . Ou bien que pour sa mise en scène de la création mondiale en langue française de la pièce magistrale de Bertold Brecht « Arturo Ui », Jacques Huisman avait employé trente six comédiens.  Quand fin 2002, Armand Delcampe  secondé notamment par le Bourgmestre Houssa obtint du Ministre libéral wallon de la Culture  Richard Miller, la signature d’un contrat-programme pour le Festival spadois, il put annoncer pour 2003, 88 représentations (le double de cette année) de 28 spectacles dont 8 créations en 16 jours… En 2006 on annonça même plus de 100 représentations !

SPA 2015 création.jpg

        Aujourd’hui, Cécile Van Snick nous écrit :  « Le contrat-programme signé en 2002 prévoyait un échelonnement de la subvention jusqu’ en décembre 2006 . Ensuite, nous avons eu droit à quelques indexations. Celles-ci s’arrêtent en 2011. En 2015, la subvention a été diminuée de 1%. Lorsque j’évoquais en conférence de presse le montant de 17.000 euros en moins pour l’artistique, c’était en additionnant l’ensemble des montants diminués cette année (aide de la Présidence de la Fédération, aide du Tourisme, diminution de la subvention de la Fédération, Arts & Vie,…)                

        La subvention de 173.525 euros  en 2002 a progressé de 38,6% en quatre ans pour atteindre 240.451 euros en 2006 mais la ministre  bruxelloise Fadila Laanan a refusé de renouveler le contrat-programme et s’est  contentée en huit ans d’une progression de 6,4%  (de 240.451 à 255.910 euros en 2011  montant maintenu sans indexation jusqu’en 2014 et abaissé en cette année 2015 à 253.351 euros). Nous connaissons l’impécuniosité de l’ex-Communauté française devenue une Fédération Wallonie-Bruxelles à régionaliser. Les clés de répartition des subventions communautaires  localisables avaient été généreusement fixées pour Bruxelles (alors quelque 20% des francophones de la Fédération dans cette région dotée de l’essentiel des budgets des institutions culturelles fédérales) à 25%, 75% devant revenir à la Wallonie. Dans le secteur des arts de la scène (comme à la R.T.B.F.) c’est à présent l’inverse grâce à des Charles Piqué et Fadila Laanan  qui avec la complicité des Wallons de l’establishment bruxellois ont roulé dans la farine ministres et parlementaires wallons pourtant largement majoritaires au sein de la Fédération. Spa fournit à cet égard avec son Festival de Théâtre un exemple flagrant d’iniquité.

SPA 2015 collect.jpg

        En effet une véritable aberration se révèle dans  les subventions de deux Festivals : l’un flamingant d’avant-garde te Brussel le « KunstenFestival des Arts » qui en plus des crédits considérables de la Communauté flamande et même de l’Union Européenne ainsi que des aides service de Brussel-Bruxelles-hoofdstad-capitale recevait en 2013 près de  600.000 euros (597.566) alors que le Festival Royal de Théâtre de Spa recevait pour sa 54ème édition   255.910 euros  soit quelque 40% de ce qui était octroyé aux affidés de Mevrouw Frie Leysen (2). Cela dans un silence qui est selon moi aussi assourdissant que scandaleux. Espérons que cela  change car autrement la mort à petits feux du Festival de Spa se terminera par une euthanasie. Le seul moyen de l’éviter nous semble être de transférer des subventions de Bruxelles vers la Wallonie.            

        Ceci dit , je n’ai pas présenté  les spectacles. C’est parce que vous trouverez bien davantage à leur sujet sur le site du Festival (www.festivaldespa.be) que ce que je pourrais en dire ici. Par contre vous n’y trouverez pas ce que vous avez pu lire ci-dessus. Mais je prévois de vous donner en suivant deux représentations lors de cinq soirées du 7 au 16 Août une dizaine d’appréciations motivées.                                    

        Jean-Marie Roberti

___________________

(1) Depuis 1959, c’est-à-dire d’abord un quart de siècle en décentralisation du Théâtre National dirigé par Jacques Huisman auquel succéda un Jean-Claude Drouot alias Thierry la Fronde  qui échoua en 1986 et 1987, deux « anciens » Billy Fasbender et André Debaar prenant le relais en 1988 et présentant jusqu’en 1998 une vitrine des productions dramatiques en Communauté française, tandis que depuis 1999, c’est-à-dire depuis 17 ans, c’est le duo Armand  Delcampe et Cécile Van Snick qui met désormais l’accent sur la création (comme le démontrait en 2009,   dans son livre sur le cinquantenaire du Festival,  le journaliste de « La Libre Belgique » Philippe Tirard)  et qui  assume (aujourd’hui très difficilement)  l’actuelle pérennité de  cette manifestation estivale majeure de l’art dramatique en Wallonie.

Normal
0

21

false
false
false

FR-BE
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-language:EN-US;}

(2) Une fine observatrice de la vie culturelle bruxelloise, par ailleurs ancienne parlementaire, nous fait justement remarquer que la Fédération Wallonie-Bruxelles a certes obtenu que l’appellation KunstenFestival soit complétée par la mention  « des Arts »  mais, ajoute-t-elle, il faut attaquer ce « kunst » sur le fait que le contrat ne prévoit que trois productions de la Fédération Wallonie Bruxelles. Elle souligne encore que « les 35 producteurs bruxellois ne sont pas francophones » A son avis,  un double financement par les Flamands et les francophones serait de nature  à permettre des créations et un caractère mondial où, conclut-elle, la Wallonie devrait être plus présente.  Nous pourrions souscrire à une telle conclusion si la Wallonie obtenait dans ce secteur de l’art dramatique (comme dans bien d’autres domaines culturels) une proportion équitable des interventions publiques (et non pour le Festival théâtral de Spa 40% de ce que la Fédération  octroie au riche KunstenFestival). Nous apprenons que le Théâtre dit National (auquel cette Fédération accorde plus de six millions d’euros annuels) annonce l’organisation d’une saison 2015-2016 complètement commune avec le  Koninklijke Vlaamse Schouwburg. Grâce à l’addition des subventions 70 spectacles peuvent être programmés en région de Bruxelles-Capitale en y assurant à la Flandre une place démesurée par rapport à sa représentativité réelle (10% des demandes de pensions sont rédigées en néerlandais vient-on d’apprendre) et cela dans un esprit belgicain et recentralisateur. Jusques à quand la majorité wallonne de la Fédération Wallonie-Bruxelles se laissera-t-elle rouler dans la farine ? 

Un calendrier riche de jours fériés en mai, autant de raisons supplémentaires d’admirer les richesses du Château de HARZÉ !

       Si l’avènement de Charlemagne a laissé entrevoir un IXème siècle radieux dans nos régions, rapidement la population a déchanté. Les invasions normandes et hongroises ont amené les habitants de Harzé à se protéger en édifiant une maison forte sur un piton rocheux. L’histoire n’a pas retenu le nom du seigneur à la base du projet mais des historiens (1) se passionnent pour ce territoire.

        Enclavé dans la principauté de Stavelot-Malmedy, le pays de Harzé fait partie du comté devenu duché de Luxembourg qui ne sera Grand-Duché que réduit à son format actuel.  La guerre de Trente ans (1618-1648) qui divise l’Europe, pire la déchire, et oppose initialement catholiques et protestants, puis États à États,  joue un grand rôle dans l’érection du Château de Harzé.

HARZE montagne blanche.jpg

        Dès le début du conflit, tout comme  nombre de Wallons dont Ernest de Suys, le seigneur de Harzé Albert de Ligne s’est engagé dans les troupes catholiques sous commandement de Jean ‘tSerclaes en soutien de Ferdinand II. Tous bataillent tant et plus, ils sont à la Montagne blanche et en bien d’autres lieux. Ernest de Suys prend du galon au point  de devenir  général d’artillerie en tête de l’arsenal impérial. En avril 1629, l’empereur Ferdinand II de Habsbourg le nomme baron de Tourabel.

Harzé Suys.jpg

        Un mois plus tard, Albert de Ligne vend la seigneurie de Harzé à Ernest de Suys, baron de Tourabel. Ce guerrier est aussi un entrepreneur et homme de goût. Il tient la première de ces vertus de son aïeul savoyard Guido Suisse qui, le premier édifie aux Pays-Bas des digues en plantant des pieux à l’aide de maillets et la seconde de son grand-père Jacques – Jacobus Susius – humaniste, poète latin, ami de Juste-Lipse.  Ernest de Suys entreprend de remplacer la maison forte par un château dans un style de Renaissance mosane, classé, en 1965, monument historique par  la Commission royale des Monuments et sites.

Château de Harzé - zoom.jpg

        Le blason inspiré des ouvrages de l’aïeul figure sur les murs du château et la devise familiale imaginée par le grand-père Portat constantia palmam se retrouve sur un tableau représentant le comte Ernest de Suys. Car  la constance à guerroyer de celui-ci lui mérite ce titre de comte du saint empire romain  germanique  attribué par l’empereur Ferdinand III de Habsbourg, le lundi 11 avril 1639.  Tandis que le guerrier se déploie sur les champs de bataille, sa maman Georgine de Lynden veille à l’édification du château de Harzé. Château où le comte séjourne peu, il est toujours en guerre ! Il y trouve la mort le jeudi 3 août 1645 à Nördlingen où les troupes françaises emmenées par Condé et Turenne infligent la défaite aux troupes impériales. Le corps du comte est ramené de Souabe à Stavelot où Ernest de Suys a souhaité être inhumé.

HARZE Chat.jpg

        Depuis 1973, la Province de Liège a acquis le château de Harzé et ses dépendances. Elle en a confié la gestion à une ASBL  DTLV  qui regroupe  les Domaines touristiques du Vallon de la Lembrée. Des dépendances, DTLV  en a fait le Musée de la meunerie et de la boulangerie (2) et du Château, un lieu luxueux de séminaires résidentiels (3). Une partie de caves voutées abrite un restaurant La Ptite Auberge  (4) qui dispose d’une splendide terrasse.

Photo Restaurant Chateau.jpg

        La P’tite Auberge  est une halte le dimanche à l’heure du goûter pour les promeneur(e)s de ce beau pays de Harzé célébré par le poète Lucien RadouxC’est Harzé la jolie au fil de ses virages / Qui gerbe la culture en prisme de mirage / C’est pavillonchamps et ses versants de clarté / Où le bonheur s’égaille en reflets d’aparté / C’est Fy la solitaire à l’abri de ses chênes / Qui sourit toute seule en silence et sans gêne / C’est Priestet la sainte assise au mamelon / Qui domine partout les ombres des vallons.

HARZE pro chantoirs PIRONBOEUF.JPG

(1)    Citons notamment le docteur Louis Thiry (Histoire de l’ancienne seigneurie et commune d’Aiwaille et de la région d’Ourthe-Amblève),  Amédée Pollet  (HARZE dans le passé ou mille ans d’histoire), Pierre Ninane (Harzé, mon village – http://harze.e-monsite.com)

(2)     De mai à octobre, dimanche et jours fériés 14-18h. Ajout du samedi,  en juillet et août,  ouvert  13-18h et démonstration par des artisans.

(3)    info@chateau-harze.be  – Tél. 32 (0)4 246 63 63 

(4)    La P’tite Auberge – Tél: 00 32 (0)4 246 63 53 – Restaurant du mercredi midi au dimanche soir (sauf samedi midi).