À Roubaix : LA PISCINE, Musée d’Art et d’Industrie.

À Roubaix, proclamée ville sainte du socialisme par Jules Guesde, homme du Sud devenu député de cette ville du Nord, les partisans de la Section française de l’Internationale ouvrière reprennent le pouvoir en 1912. Le comptable Jean-Baptiste Lebas est maire de Roubaix. Survient la Grande Guerre. Les Allemands occupent la ville, réclament la liste des jeunes pour les envoyer travailler en Allemagne, Jean-Baptiste Lebas la leur refusent. Il est interné à la forteresse de Radstadt.

Au lendemain de la guerre, la municipalité entreprend de reconstruire la ville et de lancer quelques grands projets dont l’édifice des bains municipaux. Plus de treize millions de francs sont consacrés à l’édification de ce temple moderne du corps. À une époque où la salle de bain est un luxe réservé à quelques privilégiés, les besoins d’hygiène sont grands tout comme les besoins d’apprendre aux enfants à nager. Le carton d’invitation à l’inauguration des bains municipaux de Roubaix précise avec Piscine d’eau chaude.   

Jean-Baptiste Lebas confie la réalisation des bains municipaux à un enfant du pays, l’architecte Albert Baert qui, entre autres ouvrages, a déjà édifié les piscines de Lille et Dunkerque. Outre qu’il soit en déclivité, le vaste terrain acquis par la ville n’a pignon sur rue que la largeur d’une maison. Par cet étroit chemin, durant plus de cinquante ans Roubaix accède à ses bains municipaux qui ont la forme d’une abbaye cistercienne refermée autour d’un jardin claustral.

Inaugurée le 2octobre 1932, considérée à l’époque la plus belle piscine d’Europe a été fermée le 8 novembre 1985. Un choc pour Roubaix, chacun était passé par ce spectaculaire bassin. Chacun avait été marqué par les images inoubliables du Lion crachant l’eau, de la mosaïque à décor de vagues d’or et de lapis-lazuli, des cabines répétées à l’infini, de la lumière surnaturelle des grands vitraux solaires et parfois aussi par les méthodes un peu martiales de l’apprentissage de la natation …

Près d’une dizaine d’années de réflexion ont été nécessaires pour trouver une nouvelle affectation à l’ancienne piscine, y construire un musée solidaire. Pour avoir réalisé la transformation de la Gare d’Orsay en Musée, l’architecte Jean-Paul Philippon est chargé de mener le projet à son terme. En hommage au parlementaire des Hauts-de-France, maire de Roubaix, le Musée porte officiellement le nom de Musée d’Art et d’Industrie André Diligent mais est communément appelé La Piscine.

Si la piscine de 1932 a été conçue avec des perspectives sociales, La Piscine, inaugurée le 21 octobre 2001,en a également. Elle vise notamment à dédramatiser l’image du musée et faciliter son accès. Le public jeune est roi à La Piscine dont les initiations sont comme des apprentissages du bonheur de regarder et de créer. Autre initiative de La Piscine menée en collaboration avec les services sociaux de la ville de Roubaix, y inviter des petits groupes de Roubaisiens et leur remettre une carte donnant accès annuellement aux expositions permanentes. Ainsi ces Roubaisiens, souvent exclus de toute pratique culturelle ou artistiques, sont dès lors réintégrés dans la communauté et restitués dans leurs droits à la culture.

 La Piscine Musée d’Art est richede peintures et de sculptures du XIXième et du XXième siècle. La Petite Châtelaine de Camille Claudel est le chef-d’œuvre de ses collections. Il en est d’autres, tels Auguste Rodin, Eugène Dodeigne, Armand Bloch, François Pompon, Henri Bouchard ou encore Rembrandt Bugatti, le frère du constructeur automobile. Côté peintures, citons Dominique Ingres, Pierre Bonnard, Léonard Foujita, Raoul Dufy, Kees Van Dongen, Jean-Joseph Weerts, etc, etc.

La Piscine Musée d’Industrie avec le buste de Joseph-Marie Jacquard, l’inventeur lyonnais de la première machine à tisser. Une œuvre de Charles-François Iguel datant de 1865 prend place dans un des ancêtres de La Piscine, le Musée du textile de Roubaix inauguré en 1835. Depuis cette époque, des milliers d’échantillons de textiles élaborés par des anonymes ou conçus par de célèbres artistes sont conservés. Auguste Mimerel, maire de Roubaix et propriétaire de filatures de coton a créé le Musée du textile car la vue de bons modèles et des œuvres d’art est un moyen efficace de nourrir le goût de l’industrieuse et intelligente population !

4 commentaires sur “À Roubaix : LA PISCINE, Musée d’Art et d’Industrie.

Répondre à elbieeet Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s