Dans l'attente du tram, des nouvelles du TEC.

En réponse à une question orale de la députée wallonne Diane Nikolic en Commission Énergie Climat Mobilité, le Ministre Philippe Henry a précisé : La « tramification » de l’axe Ans-Fléron n’est pas à l’étude à ce jour. Il a ajouté : La mise en place de bus à haut niveau de service efficaces, avec des infrastructures dédiées, permet en effet d’offrir une qualité de service aux usagers s’approchant du tram avec des investissements et des coûts d’exploitation nettement inférieurs.

Le concept de bus à haut niveau de service – BHNS – est relativement récent. Il date de 2005 mais de nombreuses villes en France l’ont déjà adopté pour l’une ou l’autre ligne de leur réseau. C’est le cas notamment à Lille, Metz, Nancy, Douai, Amiens. En Wallonie, la première ville où circuleront des BHNS sera Charleroi.

En mai 2019, le gouvernement wallon a adopté le Plan urbain de mobilité de l’agglomération liégeoise qui prévoit la création de cinq axes BHNS à savoir : 1- entre la place Saint-Lambert et Fléron, 2- entre la place Saint-Lambert et Ans en passant par Saint-Nicolas et le Centre hospitalier catholique, 3- entre la gare des Guillemins et le domaine du Sart-Tilman, 4- entre la place de la République française et le domaine du Sart-Tilman par la rive droite de la Meuse, 5- entre la place de la République française et Chénée via Grétry. Le BHNS nécessite un itinéraire rationalisé lui donnant priorité aux feux tricolores et aux ronds-points.

Au 1er octobre 2019, en Wallonie, il y a 3 245 conducteurs de bus dont le plus grand nombre – 1 230 sont affectés aux lignes du TEC Liège-Verviers. De l’avis du ministre Henry, globalement, les effectifs disponibles répondent aux besoins, c’est-à-dire assurer le service et permettre aux conducteurs de prendre leurs congés. Il convient néanmoins d’y être attentif tout au long de l’année et d’apporter les ajustements nécessaires, le cas échéant ; le moindre écart en termes d’effectifs lié, par exemple, à des incapacités de travail ou à des accidents de travail pouvant entraîner des conséquences sur l’organisation du travail et la prise des congés. En ce qui concerne le recrutement, ce sont, en moyenne, 150 à 200 conducteurs de bus recrutés chaque année au sein de l’opérateur de Wallonie. Pour l’année 2020, il est prévu d’en recruter un peu plus de 200.  

En avril 2019, 206 bus hybrides étaient en service commercial sur les lignes TEC. Ils avaient déjà parcouru près de neuf millions de kilomètres, évité le rejet de 3 300 tonnes de CO2 et permis d’économiser 1 250 000 litres de carburant. Fin de cette année, 309 bus hybrides sont en circulation. Enfin, à partir d’août 2021, 45% des nouveaux bus seront des véhicules propres fonctionnant soir au gaz naturel, soit au biocarburant, soit à l’hydrogène ou l’électricité. La moitié de ces véhicules seront à émission nulle car fonctionnant à l’électricité ou à l’hydrogène.

Dernière précision bonne à savoir, ne pas céder sa place assise dans un bus aux femmes enceintes, aux personnes âgées ou moins valides est susceptible d’être puni d’une amende administrative de septante-cinq euros.

Un commentaire sur “Dans l'attente du tram, des nouvelles du TEC.

Répondre à Françoise Carton de Wiart Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s