Toutânkhamon et l'égyptologue Jean Capart.

Dans sa présentation à la presse de Toutânkhamon à la découverte du pharaon oublié (1), Dimitri Laboury, maître de recherche FNRS, a évoqué incidemment le rôle de Liège dans cette exposition consacrée à la découverte par Howard Carter des premières marches du tombeau le 22 novembre 1922. À l’invitation de celui-ci et de Lord Carnarvon, financier des fouilles dans la Vallée des Rois, un professeur de l’Université de Liège, Jean Capart accompagné de la Reine Élisabeth et du Prince héritier, le duc de Brabant a participé le 18 février 1923 à l’ouverture de la chambre funéraire du Toutânkhamon, onzième pharaon de la XVIIIème dynastie.

Il faut savoir que dès la rentrée académique de 1902, il s’est ouvert à Liège un cours libre d’une nouvelle science, l’égyptologie. Dans un premier temps, ce cours libre ne donne accès à aucun diplôme. Il est confié à un chargé de cours, Jean Capart, auteur d’une thèse estudiantine sur le droit pénal égyptien ancien et qui, en 1900, s’est rendu en Égypte où il a participé à des fouilles. Premier séjour qui sera suivi de douze missions en ce pays. En 1924, le professeur Jean Capart devient président de l’Institut supérieur d’histoire et de littérature orientales de l’Université de Liège.

L’intérêt de la Reine Élisabeth pour l’égyptologie date d’un voyage en Égypte effectué adolescente en compagnie de sa marraine l’impératrice Élisabeth d’Autriche mieux connue sous le nom de Sissi. Au retour de la découverte du tombeau de Toutânkhamon, Jean Capart et la Reine Élisabeth décident la création de la Fondation égyptologique Reine Élisabeth (dénommée actuellement Association Égyptologique Reine Elisabeth). Fondation qui publie depuis 1925 la revue Chronique d’Égypte. En 1937, Jean Capart obtient la concession d’El Kab en Haute-Égypte dont Fondation égyptologique Reine Élisabeth et les Musées Royaux d’Art et d’Histoire assurent encore aujourd’hui les fouilles. Le site a été le centre du culte de la déesse Nekhet.

Avec sa longue barbe noire Jean Capart a été un personnage très connu à son époque au point que tant Edgard P. Jacobs que Hergé l’ont pris comme modèle dans leurs albums. Le professeur Hippolyte Bergamotte dans Les 7 boules de cristal et Le temple du soleil ressemble quasi trait pour trait à Jean Capart. De l’expo Tout Hergé organisée en 1991 à Welkenraedt à Toutânkhamon, René Schyns, commissaire général de l’exposition, est fidèle à Jean Capart !

  • Toutânkhamon à la découverte du pharaon oublié – Liège-Guillemins – du 14/12/2019 au 31/05/2020 – tickets en ligne www.europaexpo.be – réservation groupes et visites guidées : 04 224 49 38

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s