La saison 2019-2020 au Théâtre de l’Étuve.

La nouvelle Étuve a choisi le jour de la Fête de la Fédération Wallonie-Bruxelles – le 27 septembre – pour entamer sa saison 2019-2020. Quinze spectacles répartis sur cinquante-cinq jours de représentation pour accueillir quelques trois mille spectateurs dans la cave du 12 rue de l’ Étuve, ancien murissoir de bananes devenu théâtre il y a plus de soixante-cinq ans.

En matière d’abonnement, une formule inédite portant sur cinq spectacles est proposée au prix très intéressant de quarante-neuf euros. Cet abonnement laisse libre le choix du jour de la représentation. À l’affiche de ce quinté, suite de Toi c’est moi, Toi c’est nous suivi de Nos femmes avec John Grégoire, Pierre Meurant et Anthony Semirana, Bourvil, la tendresse un cabaret concocté par Philippe Dengis, Le Souper où Fouché et Talleyrand sont commensaux et enfin retour des Casse-pieds.

Premier spectacle, le 27 septembre : aux Trois Petits Cochons de Walt Disney, Jean Dufour – auteur et comédien – préfère L’histoire des quatre petits cochons, conte où ne compte que  le plaisir de se jouer des mots, des traditions et des idées toutes faites.

Dernier spectacle, le 23 mai 2020 : Musiques et textes de Guy Lukowski interprétés par Jacqueline Meunier. La guitare a connu au milieu du siècle dernier un tel regain qu’il est permis d’évoquer un phénomène social autant que musical. Symbole de liberté pour la jeunesse, la guitare a été source d’un vaste répertoire et de grands virtuoses. Le Liégeois Guy  Lukowski fait partie de ces virtuoses. Jacqueline Meunier est une interprète subtile et envoutante.

Entre ce premier et ce dernier spectacle, la programmation de la nouvelle Étuve est riche des cinq soirées proposées dans la formule abonnement et de huit autres dont deux avec le sommelier Éric Boschman dont l’une consacrée au vin Ni dieux ni maîtres, un vrai wine-man-show et l’autre consacrée à la bière. Il a un spectacle dédié à Barbara, un autre à la chute du Mur de Berlin, du Jazz manouche, un autobiographique d’un ancien chef étoilé, un voyage en accordéonie et Désolé, c’est monstrueux.

Pour davantage de détails, le plus simple est d’aller voir sur le site www.theatre-etuve.be, un site clair qui – originalité à noter – associe spectacle et gastronomie. À une cinquantaine de mètres de l’Étuve, il y a un excellent restaurant libanais Le Phénicien. Il est possible d’acquérir pour 32 € (29 € pour les senior.e.s) un billet combiné spectacle et dégustation au resto de mezzé et brochette, soit avant ou après le passage au 12 rue de l’Étuve. C’est la garantie d’un double plaisir obtenu en virant au BE27 7320 2709 4373.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s