Un tel mépris des électrices et électeurs de Liège mérite d’être dénoncé…

        Né à Pittsburgh, dans l’État de Pennsylvanie, un des hauts lieux de l’acier et … du chewing-gum (distribué généreusement par les Américains à la Libération), le quatrième candidat du parti humaniste se mêle un peu les pinceaux dans sa pub électorale. Dans une lettre à l’en-tête cher(e)  ami(e) liégeois(e), ce candidat écrit : Vous m’avez élu conseiller communal dès 1994, puis conseiller provincial, député à la Chambre.

       Effectivement, ce candidat, le 18 mai 2003, a été élu député suppléant en obtenant 7 862 voix sur les 91 469 suffrages recueillis par son parti dans la circonscription électorale de Liège  correspondant à la province de Liège. Il devient député fédéral en remplaçant Louis Smal . Celui-ci fort de ses 12 281 votes de préférence, préfére siéger au Parlement wallon au lendemain du scrutin régional du 13 juin 2004. Sur les 7 862 voix obtenues en mai 2003, 1 496 proviennent d’électrices et électeurs de la ville de Liège.

       En ce qui concerne son élection de conseiller communal dès 1994, nous renvoyons à Proxi-Liège www.proxiliege.net – qui publie un article consacré aux trois élections communales à Liège au 21ème siècle.

       Être élu à Herstal dès 1994 et, également, en 2000 en assurant – qualité d’homme radicalement au pouvoir – à l’ami(e) liégeois(e) vous m’avez élu conseiller communal dès 1994, puis conseiller provincial ce n’est pas joli-joli. Herstal n’est pas Liège. C’est prendre des libertés avec la vérité en spéculant sur l’amnésie de l’ami(e) liégeois(e). Autrement dit, c’est prendre les électrices et les électeurs pour des c… !