Un arrêt de la Cour constitutionnelle confirme la loi burqa.

       Athée, Élisabeth Cohen n’apprécie pas la loi du 1er juin visant le port de tout vêtement cachant totalement ou de manière principale le visage, loi  adoptée en suite de la  proposition du calidifontain Daniel Bacquelaine. En septembre, par requête à la Cour constitutionnelle, Élisabeth Cohen  a demandé la suspension voire l’annulation de cette loi dite loi burqa.

       Femme belge, vivant en Belgique et athée, la requérante observe notamment que cette loi est de nature à affecter sa liberté de se vêtir, de s’exprimer par ses vêtements, sa liberté individuelle et son droit de circuler librement sur la voie publique sans devoir renoncer à d’autres droits. Autre argument, elle estime avoir intérêt à vivre dans une société qui ne discrimine pas les minorités religieuses.  Considérant que cette loi est un appauvrissement culturel,  contraire à la liberté de religion qui constitue l’un des fondements d’une société démocratique. La requérante souligne que, selon la Cour européenne des droits de l’homme, la liberté de religion constitue aussi un « bien précieux » pour les athées.

        Après en avoir délibéré, ce 17 novembre, la Cour constitutionnelle  a débouté Élisabeth  Cohen qui  ne prouve pas à suffisance que l’application immédiate de la loi du 1er juin 2011 risque de lui causer un préjudice grave difficilement réparable.

2 commentaires sur “Un arrêt de la Cour constitutionnelle confirme la loi burqa.

  1. Je suppose que logique avec elle même elle ne pourra manquer de militer pour le droit des promener nue ou nu, l’interdire pouvant « affecter sa liberté de se vêtir, de s’exprimer par ses vêtements, sa liberté individuelle et son droit de circuler librement sur la voie publique sans devoir renoncer à d’autres droits » même si la liberté de se vêtir est de ne porter aucun vêtement…

    J'aime

Les commentaires sont fermés.