« La Sentence de Calliope », le premier roman de Laurence Cornet.

 

       Naguère, à Verviers, une petite fille blonde a répété mille fois plutôt qu’une papa, maman, quand je serai grande, je serai … écrivaine ! La gamine machouille son stylo au point que l’objet a cédé sous la détermination des maxillaires; l’encre s’est échappée de son carcan, et la petite tient l’objet comme le saint Graal, sans même se douter qu’il a marqué le coin de sa lèvre.  Une tache bleue sur sa bouche qui sourit, qui y croit.

       Aujourd’hui, Laurence Cornet a tenu parole. Son premier roman La Sentence de Calliope (1) est paru. Un premier roman fait généralement appel à certains souvenirs personnels. Ici, rien de pareil. Il y a une intrigue et un épilogue qui atteste du goût des mots de l’auteure.

       En ouvrant l’ouvrage, le lecteur est frappé par la quantité des points d’interrogations qu’il y voit. Rien de plus normal. Cette ponctuation révèle la pandémie qui frappe la langue française. Pandémie bien pire que l’irritant zut, j’ai le mot sur le bout de la langue…Si le roman n’est point avare de points d’interrogation, il donne au lecteur, en quelque sorte, l’assurance  d’avoir découvert, en primeur, une nouvelle auteure dont l’avenir est empli de promesses qui ajouteront à son bonheur.

       Jeune fille rangée, Laurence Cornet sert en quelque sorte l’humanité,  car quel plus beau cadeau lui faire que des livres ?

(1) « La Sentence de Calliope » – 137 pages – 11€ 29

          

laurence cornet.jpg

 

LAURENCE CORNET  © photo Francine Lieutenant

Un commentaire sur “« La Sentence de Calliope », le premier roman de Laurence Cornet.

  1. Bonjour,
    Je suis heureuse de voir que l’ouvrage de Laurence Cornet plaît car de mon côté je me suis régalée, d’autant plus que je connais et apprécie énormément l’auteure!
    Je lui souhaite plein de succès et espère très vite la relire!

    J'aime

Les commentaires sont fermés.