La Théophanie entre dans les traditions wallonnes.

     À quel âge, un évènement devient-il un évènement traditionnel ? La question fait débat parmi les anthropologues et autres ethnologues. Le père Guy  Fontaine, recteur de la paroisse orthodoxe russe a la réponse. Motu proprio, il a décidé de faire entrer la grande bénédiction des eaux de la Meuse dans la tradition wallonne à l’occasion de la célébration de la Théophanie pour la septième fois. Les années précédentes, seul les irréductibles ont tenu à  participer à l’évènement en compagnie de Guy Fontaine.  

     Cette année-ci, tradition wallonne oblige, le père Guy Fontaine – militant  wallon, auteur fécond et président de la Société de langue et littérature wallonne – invite le mercredi 19 janvier, à 13 h., dans le domaine de l’Union nautique à assister à l’office de la grande bénédiction des eaux. Cet office est précédé d’une liturgie chantée à l’église, rue du Laveu 80. La tradition wallonne s’ajoute à la tradition très vive dans les pays orthodoxes qui commémorent à la Théophanie le baptême du Christ.

     Autrefois, les Théophanies ont été jours de fêtes à Delphes en mémoire de la première apparition d’Apollon, dieu à la beauté parfaite.