Faire feu de tout bois …

<!– /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent: » »; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family: »Times New Roman »; mso-fareast-font-family: »Times New Roman »; mso-fareast-language:EN-US;}p.auteur, li.auteur, div.auteur {mso-style-name:auteur; mso-margin-top-alt:auto; margin-right:0cm; mso-margin-bottom-alt:auto; margin-left:0cm; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family: »Times New Roman »; mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;}@page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;}div.Section1 {page:Section1;}–>

        Frappé par la hausse de prix du bois de chauffage, Francis Grignon, sénateur du Bas-Rhin, a proposé une extension de l’aide au chauffage quel qu’en soit le mode – fioul, gaz, électricité, bois – accordée aux ménages modestes. Dans l’Est de la France, nombre de familles se chauffent au bois.

         Pour sa part, le sénateur Grignon estime que « le bois est un excellent mode de chauffage. Il réchauffe à trois reprises : d’abord quand on le coupe, ensuite quand on le fend et enfin quand on le brûle ! »