Tu règles ma tournée ?

<!– @page { size: 21cm 29.7cm; margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } –>

         La déontologie journalistique « constitue un gage de qualité du travail de journaliste et est essentielle au bon fonctionnement des sociétés démocratiques. Il appartient aux professionnels de l’information de déterminer, par une autorégulation responsable, les règles de pratique professionnelle et d’éthique qui s’appliquent au traitement de l’information ».

        En revanche, il appartient aux pouvoirs publics de soutenir la mise en place d’un cadre favorable à cette autorégulation. Aussi, les chef(fe)s de groupe des quatre partis démocratiques du Parlement de la Communauté française – Mmes Françoise Bertieaux, Anne-Marie Corbisier, Mrs Marcel Cheron, Léon Walry – ont déposé une proposition de décret visant à la création d’une « Instance d’autorégulation de la déontologie journalistique » (IADJ). L’IADJ comporte une section spécialisée, le « Conseil de déontologie journalistique » (CDJ).

        Le financement de l’IADJ est assuré pour moitié par les entreprises de médias et par l’Association la plus représentative des journalistes pour l’autre moitié. Toutefois, ayant des lettres, les quatre chef(fe)s de groupe se sont souvenus des propos de l’académicien français, Emile Augier (1820-1889) qui, en son temps, a déclaré : « La presse est un sacerdoce, il faut bien pourvoir aux frais du culte ».

        Aussi, dans leur munificence, les quatre chef(fe)s de groupe, précisent : « les associations de journalistes ne disposant pas de moyens suffisants pour participer au financement du fonctionnement de la future instance, la présente proposition de décret organise la subvention nécessaire à leur part de financement ».