La Saint-Nicolas liégeoise des « Consoloisirés ».

<!– @page { size: 21cm 29.7cm; margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } –>

         Ce dimanche, a 11h30 précises, le billetiste du MAMAC a eu une visite impromptue. Nul ne l’a prévenu de la visite de Saint-Nicolas à l’expo temporaire Serrurier-Bovy en plus de l’accès gratuit aux collections permanentes le premier dimanche du mois. Saint-Nicolas accompagné d’une cinquantaine de personnes venues qui de Bruxelles, qui de Liège, qui de Greenwich (Grande-Bretagne), qui de Charleroi. Heureusement, l’ambassadeur de Saint-Nicolas, Bernard Hennebert – l’âme de Consoloisirs www.consoloisirs.be – a transmis l’accord de l’Echevin Jean-Pierre Hupkens.

        Chacun a pu admirer le piano de Gustave Serrurier-Bovy, piano qui reprendra du service le samedi 13 décembre, à 20h. pour un concert unique. Ce soir-là – sur réservation au 04-221.93.25 – le piano Pleyel demi-queue « habillé » par Gustave Serrurier-Bovy et peint par Emile Berchmans va vibrer dans le contexte de son époque, sous les doigts du pianiste virtuose Patrick Dheur qui sera accompagné par le violoniste Robert Pieta.

         Mieux, chacun des « Consoloisirés » a pu admirer au Cabinet des Estampes, les aubettes de tram dessinées en 1894 et susceptibles de se marier très harmonieusement avec le tram supermoderne dont il est prévu de doter Liège dès 2015 sur la ligne Herstal-Jemeppe.

        Scénario identique au Musée d’Ansembourg où est organisée jusqu’au 21 décembre, une exposition temporaire de dessins du Maestrichtois Herman Van Den Bosch consacrés à une promenade à Liège, dans les années soixante.

        Après un passage au Musée de l’Art wallon à ne pas confondre avec le Musée de la vie wallonne et un ultime péket, chacun des « Consoloirisés » s’est promis de consacrer plus de temps à une visite – payante – de l’un ou l’autre musée liégeois.