Quand la France s’inspire de la Belgique …

<!– @page { size: 21cm 29.7cm; margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } –>

         Dans un pays – doté de « la droite la plus bête du monde » et de « la gauche la plus folle du monde » (© Joëlle Meeskens – Le Soir) -, on compte comme dans les autres pays, un certain nombre d’handicapés. Ceux-ci bénéficient de l’allocation aux adultes handicapés (AAH) à condition de résider en France.

       Or, selon Valérie Létard, secrétaire d’Etat chargée de la Solidarité, en 2007, « 1 822 enfants et jeunes adultes de plus de vingt ans, faute de places disponibles ou adaptées dans les établissements français, se sont vus contraints de faire appel à des solutions de prise en charge en dehors du territoire métropolitain, et plus précisément en Belgique. En tout état de cause, cette situation s’explique principalement par une plus grande souplesse de l’organisation médico-sociale et de l’offre de scolarisation en Belgique. Toutefois, cette situation n’est pas acceptable pour les familles concernées ; elle ne l’est pas non plus pour le Gouvernement ».

        Le Président Sarkozy, le 10 juin 2008, a promis de remédier à la situation. Il a rappelé ses propos de 2007:  « pendant les cinq années à venir, pas un seul jour ne se passerait sans que nous travaillions au services des personnes ayant un handicap, des personnes fragiles et de leurs familles. Car la caractéristique du handicap, c’est que ça concerne au premier chef la personne qui en est la victime et bien sûr cela un impact sur l’ensemble de la famille ».

        En attendant la concrétisation des promesses présidentielles, afin d’offrir une réponse particulière aux cas des personnes handicapées françaises résidant en Belgique, Valérie Létard « «  a confié à Mme Cécile Gallez, députée-maire de Saint-Saulve, une mission de réflexion et de propositions portant sur les conditions d’hébergement en Belgique, des personnes âgées et handicapées de nationalité française. Mme Gallez est ainsi chargée d’établir un état des lieux détaillé du nombre de personnes hébergées, de la nature de cet hébergement et du type de pathologies le plus fréquemment représentées, ainsi que de mettre en lumière les enseignements positifs à tirer de la qualité de prise en charge offerte par l’État belge. Des solutions inspirées de cet exemple devront être proposées par son rapport ». Ce rapport est attendu pour fin 2008.